TOGO : Début du second round des travaux du Comite de suivi



        L'entrée des leaders de la C14 dans la salle de réunion


La seconde réunion de sortie de crise du Comité de suivi de la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO s’est ouverte ce dimanche matin à la salle « Présidential auditorium Evala » de l’Hôtel 2 Février à Lomé. Cérémonie sobre a duré à peine une dizaine de minutes. Elle a été présidée par le président de la Commission de la CEDEAO l’ivoirien Jean Claude BROU en présence des ministres ghanéen de la sécurité Albert Kan-Dappa et  guinéen de l’industrie et des PME  Tibou Camara, représentants des facilitateurs.



Dans son allocution d’ouverture, le président de la Commission, a remercié la majorité présidentielle et l’opposition pour leur engagement à maintenir l’esprit de concertation et du dialogue en vue de favoriser une résolution de la crise socio-politique au Togo. Il a ensuite salué l’engagement sans faille des facilitateurs désignés du dialogue intertogolais, MM. Nana-Akufo Addo et Alpha Condé, respectivement président du Ghana et de la Guinée pour les progrès qui ont été réalisés à ce jour.



Conformément aux conclusions de la dernière réunion tenue le 10 Septembre, « cette réunion du Comité de suivi va essentiellement se consacrer aux questions liées aux mesures d’accompagnement, au renforcement du processus électoral notamment le fonctionnement effectif de la CENI avec une participation inclusive de l’ensemble des acteurs, au chronogramme des activités, à la mise en œuvre effective de la feuille de route qui devra conduire aux élections législatives du 20 Décembre 2018 », a déclaré M. BROU.




 Les responsables de la majorité et du gouvernement

La commission présentera le chronogramme des activités. A l’agenda de cette réunion, sera également présenté dans le cadre de l’appui au processus électoral, des experts électoraux et l’expert constitutionnaliste.



Pour finir, le président de la Commission de la CEDEAO  a formulé le vœu que cette réunion permet de faire des avancées dans la résolution de la crise et l’organisation d’élection libre, transparente et crédible afin de maintenir la cohésion entre les différentes composantes de la société togolaise.



A la suite du président de la Commission, le ministre Kan-Dappah du Ghana a pris la parole au nom de facilitateurs. Il n’a pas exclu l’arrivée à Lomé des facilitateurs désignés si leurs agendas le permettent pour rencontrer les parties.



« Nous sommes les porte-paroles des présidents facilitateurs. Nous avons un calendrier, il est important que nous puissions travailler dans l’esprit de ce calendrier », a-t-il indiqué. Il a souligné que les questions sur lesquelles ils ont réfléchit  et sur lesquelles les deux facilitateurs leur ont données mandat et d’autres questions de l’heure auxquelles des décisions ont été prises seront communiquées au cours de cette séance.



Après cette cérémonie d’ouverture, les échanges se sont poursuivies à huis clos. A 13h 55 mn, les délégués observent une pause. Notons que des ambassadeurs occidentaux accrédités à Lomé ont également pris part à cette rencontre.



Le Togo depuis août 2017 est secoué par l’une des plus importante crise de ces deux dernières décennies. La population réclame des réformes dans ce petit pays de l’Afrique de l’ouest dirigé depuis plus de cinq décennies par une seule famille.











                                                 Po/05/09/18



                                               Francine DZIDULA



                                      E-mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires