TOGO : la CEDEAO arrête le pouvoir dans sa course effrénée vers une élection solitaire.


              Jean Claude Kassi BROU, président de la Commission de la CEDEAO
  
La CEDEAO arrête le train électoral de la majorité présidentielle au Togo. C’est la première conclusion qu’on peut tirer de la deuxième rencontre du Comite de suivi de la mise en œuvre de la feuille de route de l’organisation sous régionale dans la crise togolaise. Le pouvoir de Lomé qui s’est engagé dans une course effrénée solitaire dans l’organisation de l’élection législative sensée théoriquement avoir lieu en Décembre prochain, ne sera pas le seul organisateur de ce scrutin très crucial de sortie de crise. Il aura  très bientôt en face de lui les représentants de l’opposition qui reprendront leur siège à la faveur de recomposition paritaire décidée par l’organisation présidée en ce moment Muhammed BUHARI du Nigeria.
Depuis le 31 Juillet, date de la signature de la feuille de route, la CENI de Kodjona Kadhaga a repris ses activités sans l’opposition qui a toujours réclamé une CENI inclusive comme l’avait d’ailleurs sollicité le communiqué du 53ème Sommet de la CEDEAO. Mais le pouvoir a fait fi de ne rien attendre mu par la volonté d’organiser et contrôler la machine  électorale en solo. Ils pensaient que l’opposition allait encore leur offrir un boulevard en boycottant ces élections. Dans cette volonté, on a entendu les tenants du pouvoir déclarer orbi et urbi que la machine électorale est lancée et qu’il appartient à l’opposition de venir occuper les 4 sièges qui leur reste. Certains ont poussé le bouchon trop loin en affirmant que c’est leur habitude, ils viendront à la veille du scrutin. Mais c’est sans compter cette fois-ci sur la fermeté de cette opposition même si, à un moment donné, on avait entendu quelques voix dissonantes au sein de cette opposition particulièrement de la C14, appelant leurs militants à aller se faire recenser le moment venue avec une telle CENI.
Mais ce soir la fermeté de l’opposition        a fini par payer. Elle a eu gain de cause. Elle vient de gagner une partie de la bataille de la CENI et c’est le pouvoir qui vient de perdre la face.
 Il appartient à cette opposition de transformer de bonifier ce gain d’étape par une bonne communication qui doit requinquer certains militants qui, ces derniers, ont commencé par perdre espoir dans la manière dont le processus électoral est conduit par la CENI de Kadhaga.
Ce qui est sûr, ce n’est pas l’opposition qui a rattrapé le train du pouvoir mais c’est ce dernier qui a été obligé de freiner pour prendre tous les passagers. Ils se sont rendu compte qu’il ne sert à rien d’avoir la communauté internationale derrière soi. Que ce bon sens qui les rejoint comme la lumière qui est apparu à Paul sur le chemin de Damas les illumine tous les jours dans leur prise de décision et qu’ils passent  l’intérieur supérieur du Togolais avant leur intérêt particulier. Il en va de la survie de nous tous. Nous sommes tous passager à bord de ce train et il faut que le capitaine de bord vérifie que tout le monde ait pris place à bord avant un prochain démarrage.
                                     Po/07/09/18
                                    Francine DZIDULA
                                  E-mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires