TOGO : la gendarmerie a tenté vainement de déloger Nicodème HABIA en grève de la faim devant l’ambassade du Ghana à Lomé


                          Le détachement de la gendarmerie devant l'Ambassade du Ghana ce matin
La gendarmerie togolaise lourdement armée a tenté vainement, ce lundi matin, de déloger Nicodème Habia devant l’Ambassade du Ghana dans la capitale togolaise. Le responsable d’un des 14 partis politiques formant la Coalition (C14) est en grève de la faim depuis six jours pour exiger la libération des prisonniers politiques, le respect de la feuille de route de la CEDEAO et l’arrêt du processus électoral en cours.

La surprise a été totale, ce matin dans le quartier Kodomé dans les faubourgs de Tokoin, non loin de la frontière ghanéenne quand un détachement de la gendarmerie lourdement armé a tenté de déloger ce responsable politique. Pour les riverains du quartier et les Togolais qui depuis quelques jours ont pris l'habitude de se rendre aux côtés du Président du parti "Les Démocrates" pour lui apporter leur soutien moral , ils n’en revenaient.

La stupéfaction a été encore plus grande  quand le commandant de l’opération s’est approché du gréviste de la faim l’a bousculé avant de lui demander son autorisation de faire la grève de la faim devant la représentation diplomatique. En principe, les gendarmes ont des notions de droits et ont dans leur curricula de formation le droit humanitaire est enseigné. Mais on dirait qu’ils ne comprennent rien à ces notions. Demander à un gréviste de la faim une autorisation c’est tomber sur la tête. A la réponse de l’ancien député de l’Avé qu’il ne fait pas une manifestation, le commandant a voulu l’amener de force. Refus catégoriquement de l’intéressé. L’intervention de l’ambassade a permis d’éviter le pire.
                                                           Habia Nicodème peu avant l'arrivée des gendarmes


La population qui n’en demandait pas mieux, a levé la voix pour protester contre cet acharnement au point d’envoyer ce fort détachement pour déloger quelqu’un qui refuse de s’alimenter depuis bientôt une semaine. Seul au pays des Gnassingbé on pourra voir ça. Heureusement que le ridicule ne tue. S’il est facile pour eux d’obliger un citoyen à s’alimenter, ils trouvent très difficile de libérer des responsables de la société civile qu’ils retiennent depuis plusieurs mois comme des  otages qu'ils ne libèrent qu'à compte goutte comme moyen de chantage.

Cette sortie de la gendarmerie ce matin n’est pas fortuite. Elle répondait à l’objectif de faire déloger l’opposant avant que la population ne réponde à l’appel lancé par le Front citoyen Togo debout (FCTD) qui a demandé à la population de se rendre ce lundi sur les lieux avec une bougie en signe de   soutien au député. Et donc la gendarmerie a trouvé qu’une opération musclée avant l’afflue de la population sur les lieux serait la solution. Notons qu’il y a eu également de vive altercation entre le commandant de l’opération et les premiers responsables de FCTD notamment le professeur David Dosseh Ekoué et Me Raphael Adzaré-Kpandé.

Les 3 et 4 Septembre dernier, Nicodème Habia avait déjà observé 2 jours de grève de la faim devant l’Ambassade des Etats-Unis à Lomé. 


                                   Po/08/09/18

                                    Francine DZIDULA

                                  E-mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires