TOGO : le ministre Boukpessi interdit les meetings de la Coalition dans les écoles


         Payadowa Boukpessi, ministre de l'Administration territoriale


Qui a dit que la tournée de sensibilisation nationale prévue ce weekend par  la Coalition des 14 partis de l’opposition togolaise (C14) ne fait pas mal aux autorités du pays ?

Preuve le ministre de l’Administration territoriale Payadowa Boukpessi vient de trouver un argument fallacieux pour l’interdire.

Pour le ministre, « à partir de cette rentrée scolaire jusqu’aux grandes vacances 2019, les manifestations sont interdites dans les écoles ».

Une mesure qui arrive comme un cheveu dans la soupe quand on sait que ce 1er octobre débute le recensement électoral sur toute l’étendue du territoire et souvent ce sont les écoles qui servent de lieu de recensement. Or, la mesure du ministre sans préciser quel genre de manifestation il s’agit laisse entrevoir qu’elle doit en principe concerner toute manifestation qui n’a rien à voir avec la dispensation des cours. Dans ces conditions, où est-ce que le ministre compte faire son recensement électoral.

D’autre part, les écoles relevant du ministère de l’éducation nationale, il n’appartient pas au ministre Boukpessi quoique ministre de l’administration d’interdire des manifestations dans ces lieux surtout à la veille de la rentrée.

De plus la question qui se pose est de savoir si le ministre Boukpessi a les moyens d’interdire les différentes réunions surtout les réunions des ressortissants qui se tiennent chaque weekend dans les établissements scolaires ? Et en plus, en  année électorale, il est difficile que cette mesure tient la route. Quand on sait que  les campagnes que ce soit de sensibilisation ou électorale n’ont d’autres lieux de prédilection que les écoles.

Mais comme au Togo, on prend souvent une mesure avant de réfléchir le ministre n’a pas vu la portée de sa décision.

Atteint par la maladie d’interdiction, le ministre Boukpessi  ne réfléchit plus avant d’interdire. Ainsi après avoir interdit, il y a quelques mois une réunion du Front citoyen Togo débout (FCTD) au Centre communautaire de Bè, un lieu public, au motif qu’il n’avait pas reçu l'autorisation, ce qui est contraire à la Loi  sur la manifestation publique, le natif de Sotouboua vient encore de franchir un pas de plus dans des décisions arbitraires et inopportunes en voulant protéger son mentor.

Notons que ces meetings devraient avoir lieu ce samedi dans les villes Dapaong,  Mango, Guerin-Kouka, Bassar, Badou, Anié, Atakpamé et Kévé et le lendemain dans les localités de Kanté, Kétao, Bafilo, Sokodé, Tohoun, Notsè, Tsévié, Tabligbo, Afagnan et Vogan.



                                             Po/03/09/18

                                                 Francine DZIDULA

                                           E-mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires