DEBUT DU RECENSEMENT ELECTORAL : LES OPS ATTENDENT ELECTEURS



                        Un agent recenseur attendant les kits
 
Nous l’écrivions dans une de nos précédentes publications que si rien n’est fait le début du recensement se fera dans un cafouillage. Eh bien ! Nos prédictions se sont réalisées. Le recensement électoral a débuté ce lundi 1er octobre 2018 dans la zone 1 dans un cafouillage monstre.
Les appels au report de l’opération de recensement lancés par l’opposition et même les menaces des Opérateurs de saisis (OPS) réclamant une revalorisation de leurs conditions n’ont pas ébranlé la volonté du gouvernement qui a maintenu sur ce lundi le début du recensement dans la zone 1. Et comment on pouvait s’y attendre plusieurs problèmes d’organisations sont signalés ici et là.
Un tour dans les différents centres de recensement, le constat est partout le même : jusqu’à la mi-journée pas d’affluence et  rare sont les centres où l’opération a effectivement démarré.
A ce premier jour, les problèmes sont multiples. Les centres ont accusés un grand retard dans le démarrage des activités et les matériels techniques ne sont pas non plus arrivés à temps. Dans les centres où ils sont disponibles, ces matériels les agents malgré les formations reçues ne les maitrisent. Ils n’arrivent pas à initialiser la machine.
Dans certains établissements, les directeurs ne sont pas informés que l’opération aura lieu dans leurs écoles. Ils sont surpris que des agents électoraux débarquent dans leurs écoles ce matin. Conséquence, ils n’ont pas affecté de salle à ces agents. Certaines salles ne disposent pas d’électricité pour le démarrage des kits, or les groupes électrogènes prévus à cet effet n’ont pas accompagné certains kits.
 A EPP OKPOGUEDE Groupe B dans le canton de KPESSI, l’opération n’a même pas encore démarré avant qu’on ne signale une panne. Le technicien annoncé pour venir réparer jusqu’à 15H 30 ne s’est pas présenté.
A VAKPOSSITO, jusqu’à 9H aucun kit n’est affecté dans le centre de recensement, idem pour EPP Aflao Gakli, Agoè, Adakpamé, Avépozo, Sewové dans le Zio.
EPP Akodessewa-Kpota Est, jusqu’à 10h, le président et le rapporteur ne se sont pas présentés dans leur centre. Or sans eux, l’opération ne peut démarrer.
A Alimondji dans l’Est Mono, les agents OPS son sur les lieux mais c’est la population par respect au mot d’ordre de  boycott ne s’est pas présentée. Jusqu’à 9H pas même une seule personne n’a été enrôlée. Les agents ne font que ronger leurs pouces ou dormir. A EPP Larousse, ce n’est qu’à 10H30 que le kit a été amené.
A l’allure où vont les choses ce qui est sûr, cette opération de recensement va se tourner en référendum avant la lettre. Entre l’opposition qui appelle au boycott de l’opération et le pouvoir qui a lancé une vaste campagne de communication en faveur du recensement, la population sera appelée à trancher. Une forte mobilisation sera un désaveu pour l’opposition et le pouvoir en tirera profit pour se justifier qu’il n’a pas mal fait de maintenir la date du 1er Octobre. Alors que le contraire, c’est l’opposition qui en tirera les dividendes.
De toutes les façons avant le scrutin du 20 Décembre, les deux parties sont en train de jouer les primaires à travers ce recensement.  
                                                    Po/14/09/18
                                                     Francine DZIDULA
                                                     E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires