OU EST LE MINISTRE BOUKPESSI QUAND KOULOUM ORGANISE DES MANIFESTATIONS DANS LES ECOLES ?



                                                              Le major Kouloum s'adressant aux élèves
 
On se rappelle qu’il y a quelques jours, à la veille de la dernière tournée nationale de la Coalition des 14 partis de l’opposition (C14), le ministre de l’Administration territoriale, Payadowa Boukpessi, a fait sortir un arrêté interdisant les manifestations dans les établissements scolaires « à partir de cette rentrée scolaire jusqu’aux grandes vacances 2019 ».
Mais voilà que cette décision ne fait pas encore un mois qu’elle est violée par le tristement célèbre Major KOULOUM sans qu’aucune réaction ni interdiction n’est venue de la part du ministre BOUKPESSI pourtant très prompt à interdire tout ce qui vient de l’opposition. On se demande qui a pu autoriser une telle rencontre dans un établissement scolaire aux heures de cours alors que des autorisations sont refusées pour des endroits qui ne posent aucun problème sur des arguments fallacieux.
 En effet, dans la journée d’hier, les responsables du parti UNIR de la préfecture de l’Ogou à la tête de laquelle se trouve le major KOULOUM a fait converger  les élèves de tous les établissements scolaires de la ville d’Atakpamé pour les rassembler au lycée d’Atakpamé (LYATA). Le motif de ce rassemblement qui a fait perdre des heures de cours aux élèves est de les sensibiliser à aller s’enregistrer au cours de la phase 2 de l’opération de recensement qui a débuté hier dans cette partie du territoire nationale.
D’un ton menaçant, le proviseur du lycée M. DOSSOU a poussé plus loin le bouchon en déclarant que l’entrée dans les salles de classe sera désormais subordonnée à la présentation de la carte d’électeur.
Une telle réunion au sein d’un établissement scolaire aux heures de cours  remet non seulement en cause l’arrête du ministre de l’Administration territoriale mais encore le caractère apolitique de l’école.
L’école est apolitique et aucune réunion de ce genre ne doit se tenir en son sein. De plus autoriser que des responsables politiques et de surcroit habillés à l’effigie de leur parti politique rassemblent des élèves dans l’enceinte d’une école pour les sensibiliser sur un sujet même si on peut admettre qu’il est civique, les manipulations ne sont pas exclues. Surtout que cette sensibilisation s’accompagne par des menace n’est pas une bonne chose. Quand on voit le contexte dans lequel se déroule ce recensement quand d’un côté un courant politique appelle au boycott et que de l’autre on sonne la mobilisation, ce n’est pas sain de mêler des enfants à ce débat. Dans nos établissements secondaires du second degré nous avons de plus en plus des enfants mineurs de moins de 15 ans. Les associer à la politique politicienne, c’est jouer avec leur avenir.
Cette initiative des responsables UNIR Ogou intervient quand il y a environ un mois, le Forum des organisations de défense des droits des enfants au Togo (FODDET) a entrepris une campagne nationale à travers une vingtaine de préfecture du pays pour sensibiliser l’opinion national à ne pas associer les enfants aux activités politiques. Mais ces actions à l’instar de celle du major KOULOUM et de son parti dans l’Ogou découragent les actions des ONG sur le terrain.
Qu’adviendra-t-il si demain, la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition aussi se met à la danse et veut organiser une activité de sensibilisation dans les écoles. Ces dernières ne doivent pas être le champ des querelles politiques des adultes. Nous  devons éloigner nos enfants de ces conflits qui font du tort à notre pays.
Alors que les responsables politiques du parti présidentiel ont la latitude d’organiser des campagnes de sensibilisation sur toute l’étendue du territoire national et en violant même les règles qu’ils se sont eux-mêmes imposées, les militants de l’opposition sont quant à eux traqués mêmes dans leurs maisons.
Or la République doit offrir les mêmes chances à tous les citoyens.
Le caractère controversé même du parrain de cette manifestation au sein d’un établissement plaide pour que l’autorisation lui soit refusée. Mais si le chef de l’Etat lui-même lui donne des décorations pour services rendus à la nation qui es-tu pour lui refuser une autorisation ? That’s the question dans une Ogou où il est plus qu’un dieu.

                                                 Po/09/10/18

                                                   Francine DZIDULA

                                                     E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

1 Commentaires

  1. Ce major koukoum est le prédateur numéro 1 (un) des massacres post électorale de l'année 2005. Il commence encore !

    RépondreSupprimer