SANTE : AFFAIRE D’IMPLANT PERIME ; LCT PLAIDE POUR L'IUVERTURE D'UNE INFORMATION JUDICIAIRE



L’affaire fait grand bruit ces derniers temps au Togo. Il s’agit de l’administration des implants périmés aux malades dans le plus grand centre hospitalier du Togo. Elle a été révélée par nos confrères de « L’Alternative » dans leur parution N°731 en date du 31 août 2018.

Au cœur de l’affaire un groupe de médecins togolais. Ces derniers se font livrer ces matériels périmés, de provenance douteuse depuis l’Europe par un compatriote résidant dans l’hexagone et médecin aussi de son état, Dr ALOVOR Guy. Ces implants administrés à des patients ont eu des effets sur leur santé.

Et depuis l’éclatement de l’affaire, la direction du Centre hospitalier universitaire Sylvanus Olympio (CHU SO) de Lomé a pris une note interdisant toute intervention chirurgicale ou pédagogique du sieur ALOVOR. Une décision qui ne satisfait pas totalement la Ligue des consommateurs togolais (LCT) qui demande aux autorités d’aller plus loin.

Au cours d’une conférence de presse tenue ce 08 Octobre dernier à Lomé,  la LCT a qui avait déjà saisi le ministère de la santé par courrier, a demandé l’ouverture d’une enquête plus élargie car selon elle « ces faits sont extrêmement graves et viennent  une fois révéler au grand jour la mauvaise réputation  des seuls centres de santé de notre pays où les membres du réseau opèrent ».

Pour la Ligue sa cellule d’investigation a eu à rencontrer de malades qui ont confirmé qu’ils étaient obligés d’acheter le matériel à des endroits formellement indiqués. Les factures délivrées ne sont pas probantes et sont faites sur les papiers sans en-tête. Ils sont dirigés vers des endroits de ventes de matériels électroménagers pour acheter des implants avec tout ce que cela comporte comme risque sur la santé.

Après l’opération, certains patients ont été réinfectés et ils attendent d’autres opérations.

« Nous demandons à la justice togolaise d’ouvrir une information judiciaire et aux parlementaires surtout le président de l’Assemblée nationale d’inviter le ministre de la santé pour qu’il puisse s’expliquer sur la situation. C’est un vaste réseau qui opère dans les centres hospitaliers publics et privés de Lomé et de l’intérieur du pays », a indiqué le président de la LCT Emmanuel SOGADZI.

Selon le président de LCT, la ligue a également saisi l’Ordre des médecins de France où officie le Dr ALOVOR.



                                                 So/03/10/18



                                                   Clarisse AFANOU



                                                 E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires