TOGO : L’OPPOSANT TIKPI ATCHADAM PLAIDE POUR LE DEPLOIEMENT D’UNE FORCE DE LA CEDEAO POUR LA PROTECTION DES CIVILS



Il est l’instigateur du soulèvement populaire d’août 2017 qui a failli emporter l’un des derniers  régimes dictatoriaux de l’Afrique de l’ouest. Mais depuis, le natif de Kparatao se fait de plus en plus discret. Les événements qui se sont produits dans sa ville natale la nuit dernière l’ont fait sortie de son silence s'est imposé. Tikpi Salifou ATCHADAM, puisque c’est de lui il s’agit a réagit à travers un message audio sur l’actualité de ces dernières 72h au pays.


L’homme manie très bien les réseaux sociaux. Ses messages vocaux inondaient le réseau de Mark Zuckerberg au temps fort de la contestation. Et depuis quelques mois, le chef de file de la contestation est devenu rare. Plus d’interview dans la presse, ni de message vocal. Mais les événements de ces derniers jours dans le centre du pays, l’ont obligé à rompre le silence. Dans un message vocal partagé sur les réseaux sociaux, le patron du Parti national panafricain (PNP) a réagit sur ces événements qu’il qualifie « d’horreur ».


« Ce matin les populations encore sous le choc se posent des questions d’une pertinence angoissante : de quoi sera fait la nuit d’aujourd’hui ? Que va se passer demain ? Et après demain ? A qui le tour et jusqu’à quand », se demande ATCHADAM dans ce message vocal.


Depuis le 19 Août 2017 l’armée togolaise a pris l’habitude d’organiser une descente punitive contre les populations togolaises qui ne demandent que l’ouverture du Togo à la démocratie. L’opposition togolaise qui a opté pour le dialogue comme une voix pacifique de règlement de la crise, une crise absurde qui oppose les tenants de la monarchie absolue en plein 21ème siècle au peuple qui aspire à la liberté, à la démocratie et à la prospérité. Si durant le processus, la Coalition de l’opposition a un comportement on ne peut plus irréprochable, le pouvoir a quant lui, persiste dans  sa logique de contournement de la feuille de route proposée par la CEDEAO.


Selon le patron du PNP ce qui s’est passé la nuit d’hier est en lien avec les événements qui se sont déroulés dans le pays durant les douze derniers mois et constitue des actes  d’une même pièce de théâtre tragique bien ficelée par le régime en place. « Cette pièce de théâtre macabre est un vieux projet du régime. Ce projet est retiré de son tiroir à chaque fois des Togolais sont à deux doigts de la liberté », déclare ATCHADAM. Et de résumer le projet en ces mots : « Peuple togolais tu nous laisses gouverner à vie ou bien nous te laissons un pays complètement détruit qui ne pourra jamais se relever ».


L’homme classé parmi les 100 personnalités de l’année 2017 en Afrique, en respect à sa stratégie de non violence, réitère sa demande aux populations togolaises de ne pas céder aux provocations et de garder leur calme. Mais au même moment s’inquiète-t-il  « de l’indifférence totale et du silence trop éloquent du Commandant en chef des forces armées togolaises sur ces événements d’une gravité extrême et sur le retour de l’armée dans les casernes ».


Face aux événements du 29 octobre 2018, ATCHADAM prend la communauté internationale à témoin sur la gravité de la situation qui prévaut au Togo et lui demande d’aller au-delà des condamnations de principes pour prendre des « mesures adéquates contre ce régime pyromanes dont les actes pourra compromettre les efforts réalisés dans les autres Etats de la sous région ».


S’adressant à la facilitation dans la crise et au comité de suivi de la feuille de route de cette crise, le président du PNP leur demande de saisir les signaux annonciateurs du chao recherché par le pouvoir cinquantenaire en place pour enfin prendre des mesures avant qu’il ne soit trop tard. « Très humblement, poursuit-il, et tout en condamnant avec la dernière rigueur ces actes rétrogrades pour le Togo et l’Afrique, nous demandons à la CEDEAO à titre préventif de prendre les dispositions qui s’imposent en vue d’assurer la protection de ces populations d’Africains du Togo que Dieu a placées dans les villes de Mango, Bafilo et Sokodé ».


Salifou Tikpi ATCHADAM est l’artisan de l’une des contestations qui a sérieusement menacé le régime togolais durant ces dernières décennies. Craignant pour sa vie, il s’est refugié au Ghana.


                                             Po/18/10/18









                                                   Francine DZIDULA









                                                     E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires