LE PROFESSEUR DAVID DOSSEH : « LA SOCIETE CIVILE TOGOLAISE RETIRE SA CONFIANCE A LA CEDEAO »



 
S’exprimant sur le podium au cours de ce meeting au nom de la société civile, le professeur David Ekoué DOSSEH a profité de la tribune pour adresser  un message en direction de la CEDEAO, l’organisation sous régionale qui joue le rôle de facilitation dans la crise qui secoue le Togo depuis plus d’un an.


Pour le premier porte-parole du Front citoyen Togo debout (FCTD), la société civile togolaise a soutenu la CEDEAO lorsque cette dernière a voulu initier le dialogue en mettant en place une facilitation. Elle l’a fait parce qu’elle estimait que c’était une porte de sortie de façon pacifique de cette lutte.


Ce qui fait que  le 31 juillet 2018, en dépit des insuffisances de la feuille de route, la société civile a dit qu'elle soutient  la CEDEAO dans sa mise en œuvre. « Mais aujourd’hui la feuille de route est constamment violée par ce pouvoir dictatorial et la CEDEAO  accepte cette violation par ce pouvoir. Si c’est comme ça la société civile togolaise engagée et responsable retire sa confiance à la CEDEAO », a martelé le professeur DOSSEH. 


En 2005 poursuit-il, on nous a tenus comme des moutons, on nous a conduits à l’abattoir. En 2018, nous n’accompagnerons pas la CEDEAO, nous n’accompagnerons pas le pouvoir togolais dans ce processus.  « Que cela soit clair. Nous avons demandé la libération des personnes qui sont détenus, ces personnes, ces otages que le pouvoir togolais maintient en détention et jusqu’ici la CEDEAO a été incapable d’obtenir leur libération. Nous exigeons cette libération », a insisté le premier responsable du Front citoyen. 


La société civile togolaise tout comme les acteurs politiques réclament depuis plus d’un an  des réformes pour renforcer le cadre institutionnel du Togo. « Nous sommes 15 pays dans l’espace communautaire, 14 pays ont connu l’alternance même les pays qui ont connu la guerre. Même le Libéria dernièrement, ils ont eu des élections claires et ils ont voté pour Georges WEAH. Qu’est-ce qui nous empêche d’avoir de l’alternance au Togo. Nous aussi nous sommes des hommes comme les Sénégalais, les Béninois, les Ivoiriens, les burkinabè. Nous voulons dire à la CEDEAO, que les choses soient claires 2018 ne sera pas 2005 », a conclu le professeur DOSSEH.


Créé en septembre 2017, le Front citoyen Togo debout est le principal mouvement de la société civile engagé pour les réformes au Togo.

                         



                                    Po/14/11/18







                                         Francine DZIDULA







                                        E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires