TOGO : LE FCTD INVITE LES TOGOLAIS A PRENDRE LEUR DESTIN EN MAIN


                                                        Me Raphael Adzare-Kpandé, 2ème porte-parole du FCTD



Le Front citoyen Togo debout (FCTD) a appelé ce lundi le gouvernement togolais à abandonner la « pagaille savamment orchestrée » et qui est indigne d’un Etat en marche vers la démocratie. Le Front citoyen, l’une des principales organisations de la société civile qui fait de son cheval de bataille les réformes au Togo avant les élections,  réagissait à la convocation du corps électoral par le gouvernement en vue de  la tenue des élections le 20 décembre prochain.


« Malgré toutes les interpellations le gouvernement persiste dans sa logique et convoque le corps électoral pour le 20 décembre 2018 pour la tenue des législatives. Je crois que sans risque de se tromper les signes palpables et les violations des droits et libertés que nous constatons font ressortir que le gouvernement devra abandonner ce projet et revenir à la raison parce que les élections le 20 décembre 2018 ne recèlent pas un garanti pour un avenir vivable et viable pour tous les Togolais », a déclaré devant la presse le deuxième porte-parole du Front Me Adzaré-Kpandé Raphael.


Le Front citoyen note plusieurs incongruités dans la démarche du gouvernement qui a détourné le débat sur les réformes qui est à l’origine de la crise, pour ne focaliser l’attention des Togolais que sur des élections législatives. 


L’un de ces incongruités révélées par le Front est qu’au moment où l’Assemblée nationale nommait le 5ème représentant de l’opposition parlementaire au titre de la CENI, le gouvernement annonce la convocation du corps électoral alors que le contentieux des listes électorales n’ayant pas été ouvert, le rapport des experts commis pour auditer le fichier électoral n’étant pas connu, il est clair que le Gouvernement a convoqué un corps électoral incertain et inexistant, lit-on dans le communiqué de presse.

« Les conditions pour la tenue des élections crédibles et transparentes ne sont pas réunies. Aujourd’hui, il est clair que les Togolais ne sont pas prêts à accepter qu’on les conduise comme des bêtes de somme vers des élections auxquelles ils ne se sentent pas à l’aise d’y participer », a encore déclaré l’ancien président de la Ligue togolais des droits de l’homme.


La communauté sous régionale, la CEDEAO, qui joue un rôle de facilitation dans la crise togolaise n’est pas épargnée par les critiques de la FCTD. Des incohérences dans ces démarches ont été également mises à nu. 


« Il semble clair que la CEDEAO s’est laissée aller aux manœuvres du Gouvernement, soit par excès de complaisance et de confiance, par manque de sincérité et de franchise envers le Gouvernement, soit par manque de lucidité, d’esprit d’appréciation des facteurs réels de la crise, soit enfin par complicité », souligne le Front.


Le FCTD a profité de l’occasion pour interpeller la CEDEAO à prendre ses responsabilités historiques et a joué sa carte de crédibilité. Au gouvernement, il  lui demandé de  faire preuve de responsabilité et de patriotisme.


Pour le FCTD, il est temps de se rendre à l’évidence que ce gouvernement est un danger pour la République. Il est foncièrement contre toute idée de démocratie et l’instinct de conservation du pouvoir lui est remarquablement congénital. Les Togolais doivent prendre leur destin en main pour bâtir un autre Togo avec des institutions qui commandent aux hommes et non l’inverse.


Pour ce faire, comme l’a fait le président du PNP la veille, le FCTD invite aussi la population à la mobilisation.


Le FCTD est l’une des principales organisations de la société civile. Elle est créée en septembre 2017.  




                                  Po/11/11/18



                                         Francine DZIDULA



                                        E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires