TOGO : TIKPI ATCHADAM : « PERSONNE NE NOUS REPROCHERA DE NOUS BATTRE CONTRE LA CONFISCATION DE LA SOUVERAINETE DU PEUPLE ».



Le développement de l’actualité nationale ces dernières heures ne pouvait pas le laisser indifférent. Lui, l’initiateur de la révolte populaire d’août 2017 qui a failli sonner le glas du régime de Faure GNASSINGBE dont le clan régente le Togo depuis plus de cinq décennies. Eh bien Tikpi ATCHADAM, le président du Parti national panafricain (PNP) puisque c’est de lui qu’il s’agit, s’est adressé à ses concitoyens comme il en a l’habitude, à travers un message audio partagé sur les réseaux sociaux.

Dans cet enregistrement sonore le patron du PNP présente le contexte de la signature de la feuille de route de la CEDEAO, qui devrait mettre fin à la crise commencée un an plus tôt. Mais force est de constater que « nous avons respecté la feuille de route par considération et par confiance à la CEDEAO et pour les facilitateurs mandatés par elle », déclare le président du PNP qui accuse le pouvoir d’avoir failli à ses obligations en ce qui concerne cette feuille de route. 

Le constat est que tous ceux qui connaissent le régime en place au Togo ils savent que le pouvoir s’oppose ouvertement à la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO, feuille de route accepté et respectée par l’opposition, note le natif de Kparatao. C’est pourquoi, poursuit-il, étant légaliste et pacifiste, le peuple togolais en lutte doit à chaque étape expliqué, justifié sa position et son action au regard de la communauté internationale. 

La dernière manifestation de la non application de la feuille de route par le régime est la convocation du corps électoral pour les élections législatives fixées au 20 décembre 2018. Ce qui confirme, note Tikpi, à suffisance que nous avons en face une dictature qui, en rusant avec le droit se veut éternel. Cette posture du pouvoir constitue à n’en point douter un affront pour la CEDEAO et une provocation vis-à-vis du  peuple togolais. La CEDEAO doit prendre ses responsabilités en remettant les pendules à l’heure tant qu’organisation soucieuse de stabilité, de démocratie et de prospérité pour l’ensemble de la sous région, insiste-t-il. 

Le président du PNP estime qu’au sorti du sommet de la CEDEAO, il avait pensé que l’organisation conformément à son protocole allait contraindre le chef de l’Etat togolais pour qu’il  prenne l’initiative de prononcer une déclaration dans laquelle il annoncera la libération de tous les détenus politiques, son retrait en 2020 de la tête du pays, le retour de l’armée dans les casernes, la mise en œuvre intégrale de la feuille de route et ceci avant toute élection, mais tel n’a pas été le cas, regrette Tikpi. « Pire le pouvoir anticipe maintenant sur le pouvoir à vie de Faure en 2020 ».  

Face à un pouvoir qui campe sur sa position et sa volonté de monarchisation de la république justifient la reprise des manifestations. Elles  doivent viser un seul objecter la chute du régime.

Mais pour éviter l’essoufflement des manifestants, Tiki appelle à une généralisation des marches sur toute l’étendue du territoire national.
« Réunir des marches gigantesques avec ou sans les villes assiégées est un défi à notre portée et si nous le réussissons c’est la fin de ce régime, c’est leur donner le message que c’est fini. Ce sera la réédition totale, la fin de la lutte consacrant la victoire du peuple togolais sur la dictature cinquantenaire », déclare le président du PNP. Il donne quelques stratégies de réussite de cette gigantesque mobilisation.

« Personne ne nous reprochera de nous battre contre la confiscation de l’Etat et de la souveraineté du peuple par une minorité. La CEDEAO n’est pas notre adversaire. Elle est médiatrice dan la crise qui nous oppose à la dictature. La CEDEAO sait pertinemment que le peuple togolais conserve le droit de se libérer contre la dictature. Si nous arrivons à se libérer de ce régime, la CEDEAO et l’UA constateront avec satisfaction et soulagement la fin du régime qui a fait tant de mal au peuple togolais et africain », souligne l’audio.

                                  Po/10/11/18

                                         Francine DZIDULA

                                        E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires