COMMENT ASSURER LA PROTECTION DES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME ? LES ACTEURS Y REFLECHISSENT



                                                                                     Les participants à l'atelier


Les défenseurs des droits de l’Homme par leurs actions contribuent à la vitalité de la démocratie et de l’état de droit dans un pays. Mais très souvent, leurs actions ne sont pas toujours du goût de tout le monde surtout des pouvoirs publics qui, le plus souvent, œuvrent pour les étouffer par des actes de harcèlement, d’intimidation, de mauvais traitements et de détention illégale. En vue de renforcer les capacités de ces acteurs des droits de l’homme pour une pleine connaissance de leurs droits dans l’exercice de leur fonction mais aussi pour leur protection, un atelier national d’échange sur leurs situation  au Togo, a été ouvert ce matin à Lomé. La rencontre financée par Plan international Togo, réunie les acteurs venus du Forum des organisations de défense des droits de l’enfant au Togo (FODDET) et la Coalition togolaise des défenseurs des droits humains au Togo (CTDDH).

Cet atelier rentre dans le cadre du projet « Suivi des droits de l’enfant et redevabilité de l’Etat au Togo » en Anglais « Child right monotoring/ CRM ».
Le Directeur de ce projet à Plan international Togo, François ALI, a expliqué le bien-fondé de cet atelier par le fait que les organisations de la société civile qui sont dans ce combat doivent s’organiser de manière à ce qu’elles mettent en place un dispositif qui s’assure de les protéger dans le cadre de leur travail.

«  C’est pour ça que Plan international en collaboration avec les organisations de la société civile pour les droits de l’enfant au Togo sont en train de travailler pour voir dans quelle mesure elles peuvent mettre en place une plateforme de défenseurs des droits de l’enfant. Mais une plateforme de ce genre ne devrait pas être une création bis puisqu’il existe déjà sur le terrain des organisations qui œuvrent déjà dans ce sens notamment la CTDDH. Il s’agit de voir comment on peut intégrer les dimensions spécifiques des défenseurs de la protection des droits de l’enfant ». 

Le but donc de cette rencontre est de contribuer à une meilleure compréhension de la Coalition togolaise des défenseurs des droits humains pour une intégration de la composante « défenseurs des droits de l’enfant » en son sein.

En clair, la rencontre de ce matin vise à créer un creuset d’échange entre les défenseurs des droits de l’enfant au Togo mais aussi servir à asseoir un mécanisme d’auto-défense si ces acteurs arrivaient à rencontrer des difficultés dans le cadre de leur travail. 

Pour Bonaventure N’Coué MAWUVI, le président de la CTDDH, la situation des défenseurs des droits de l’Homme au Togo n’est pas enviable. La situation des droits de l’Homme au Togo, note-t-il, est en nette recul au niveau surtout de la liberté d’expression, des manifestations publiques. « C’est inquiétant et cela se répercute  sur nous en tant que défenseurs des droits de l’Homme », a souligné le président de la CTDDH.

Notons que le projet CRM a pour objectif de contribuer au renforcement des capacités de plusieurs acteurs impliqués dans la promotion et la protection des droits de l’enfant afin qu’ils puissent mener des actions de plaidoyer. Il  a permis de renforcer les capacités des responsables communaux, outiller les parlementaires pour qu’ils interpellent le gouvernement sur la ligne de protection des enfants et sur les projets de budget de l’Etat en faveur des enfants. Il a également permis de renforcer les capacités des enfants, à faire le plaidoyer pour que l’élaboration dans le délai du rapport dû, la formation des membres de la commission interministérielle de rédaction des rapports de l’Etat sur les nouvelles directives d’élaboration des rapports des Nations unies.


So/06/12/18



 Clarisse AFANOU



scoopinfotg@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires