JEAN PIERRE FABRE : « JE NE REGRETTE PAS LE BOYCOTT ».





                                              Jean-Pierre FABRE, chef de file de l'opposition


Plus que quelques heures et les premiers bulletins de vote seront glissés dans les urnes pour le compte de ces cinquièmes législatives de la IVème République. Alors que les forces de défense et de sécurité se préparent à ouvrir le bal de ces élections, la Coalition des 14 partis de l’opposition, la principale force de l’opposition au régime en place, maintien  son appel au boycott du vote. C’est ce que Jean-Pierre FABRE, le chef de file de l’opposition, a réaffirmé ce lundi sur la télévision panafricaine Africa 24.

« Je lance un appel à tous les Togolais à la non participation à ces élections. Je sais que ce n’est as nécessaire que je le fasse parce que tous les Togolais se préparent massivement à rester chez eux le 20 décembre mais je pense qu’il n’est pas inutile de réitérer mon appel au boycott de ces élections », a martelé le chef de file de l’opposition tout au long de l’émission.

Le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) dit ne pas regretter cet appel car c’est une action longuement murie. « Je ne regrette pas le boycott. Quand on est un homme sérieux, on ne décide pas sans avoir réfléchi. Après mure réflexion, on s’est dit qu’il n’est pas bon de participer à ces élections », explique-t-il en citant le général De Gaulles qui disait que « face à un piège à con, on n’est pas obliger d’y tomber ».

Pour lui, ils n’ont pas drainé cette foule là durant plusieurs mois pour « tomber dans un piège à con ». Le double candidat à l’élection présidentielle ne fait pas d’illusion que les populations togolaises approuvent ces choix.  Il en est de même des facilitateurs qui eux aussi, doivent comprendre, le geste de l’opposition, car eux-mêmes ont longtemps fait l’opposition. 

Quant à la question de savoir s’il ne fallait pas permettre à l’actuel chef de l’Etat Faure GNASSINGBE de briguer un autre mandat à la tête du pays, là le chef de file de l’opposition a été plus que clair : « Il n’aura jamais notre caution pour faire mille mandats », martèle-t-il tout en admettant qu’il aurait rejeté toute proposition venant des facilitateurs visant à permettre au fils de GNASSINGBE de se représenter pour une dernière fois. « Ce que vous dites là, c’est un appel à l’acceptation de la raison du plus fort ».

S’agissant de la gestion de la crise par la CEDEAO, Jean-Pierre FABRE a déploré le silence de l’institution régionale. « La CEDEAO s’est emmurée dans un silence incompréhensible venant d’une institution qui jouait les arbitres » alors que la société, les partis politiques, tout le monde demande le report de ces élections. En face, il y a quelqu’un qui aboie « je vais faire les élections oubliant qu’il n’a pas la capacité d’organiser ces élections parce que nous sommes en dialogue », a conclu FABRE.


Po/04/12/18



 Francine DZIDULA



scoopinfotg@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires