QUI VEUT UNE REBELLION AU TOGO ?



                                   Brigitte ADJAMAGBO, Coordinatrice de la C14

Le gouvernement togolais, à en croire la Coalition des 14 partis de l’opposition, la C14, planifierait un plan « diabolique » et « machiavélique » qui viserait à impliquer l’opposition de fomenter une rébellion au Togo. Selon l’opposition, il s’agirait pour le gouvernement d’introduire et entretenir sur le territoire national des caches d’arme, recruter et former des miliciens et ensuite imputer la responsabilité à l’opposition. 

Vue la gravité des informations en sa possession, l’opposition, a dans un communiqué rendu public ce mardi, tenu à alerter l’opinion nationale et internationale sur ce projet « machiavélique » et « sordide » du gouvernement.

Pour déjouer ce plan, l’opposition appel la population à l’extrême  vigilance.
Pour la Coalition l’arrestation au Ghana le 1er janvier dernier de militaires togolais procéderait de ce plan. C’est pourquoi, elle demande que la lumière soit faite sur cette affaire.

Cette affaire, selon l’explication donnée par le gouvernement togolais, trois militaires togolais se seraient retrouvés en territoire ghanéen par méconnaissance de la frontière alors qu’ils essayaient d’appréhender un dissident togolais qui a alerté la population voisine du Ghana.

La Coalition a par ailleurs dénoncé les nombreuses violations des droits de l’Homme dont sont l’objet les populations togolaises.

Depuis le début du soulèvement populaire du 19 août 2017, c’est la première fois que l’opposition accuse publiquement le pouvoir de lui imputer la responsabilité d’une attaque armée dans le pays. On se rappelle qu’à la veille de la marche du 19 août, les ministres de la sécurité et de l’Administration territoriale avaient convoqué la presse pour leur faire distribuer des enregistrements sur  clé USB selon lesquelles ils disposeraient d’informations faisant état de ce que l’opposition entrainerait des jeunes dans un pays limitrophe et qui sont prêts à rentrer au pays pour semer les troubles.  Mais depuis toujours, cette opposition, surtout son chef de file de la contestation, Tikpi ATCHADAM, a fait de la lutte pacifique à « mains  nues » son cheval de bataille pour venir à bout de la dernière dictature qui régente l’Afrique de l’ouest.

Po/05/01/19



 Francine DZIDULA



 scoopinfotg@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires