SECRETAIRE D’ETAT EN CHARGE DE L’INCLUSION FINANCIERE, UNE INSTITUTION DE LA REPUBLIQUE ?




Mme ASSIH Mazamaess,Secrétaire d’Etat en charge de l’Inclusion financière et du secteur informel




Le gouvernement selon l’article 76 de la Constitution togolaise comprend : « le Premier ministre, les Ministres et, le cas échéant, les Ministres d’Etat, les Ministres délégués et les Secrétaires d’Etat ».


Comme tel le Secrétaire d’Etat en charge de l’Inclusion financière et du secteur informel fait partie intégrante du gouvernement qu’il soit rattaché à la présidence de la République ou non. Ainsi, en cas de démission ou censure du gouvernement, tous les postes ministériels y compris les Secrétariat d’Etat sont concernés. 


Ne sont  pas concernés par les remaniements ministériels que les institutions de la République, ce qu’est n’est pas le Secrétariat d’Etat en charge de l’Inclusion financière et du secteur informel.


Mais la surprise est de taille quand un  communiqué de la Présidence de la République en date du 26 janvier 2019 annonçait que ce Secrétariat d’Etat étant rattaché à la Présidence de la République « n’est pas concerné par cette recomposition » du gouvernement. Le fait même que le cabinet de la Présidence de la République soit arrivé à sortir un communiqué sur ce département précis est révélateur d’un malaise. C’est dire que dans son âme et conscience, le cabinet se reproche quelque chose, il sait que le Secrétariat d’Etat fait partie du gouvernement sinon il n’aurait pas dû sortir un communiqué comme il ne l’a pas fait pour les autres structures rattachées à la Présidence de la République.


On se demande pourquoi la Présidence de la République ne veut pas admettre que ce Secrétaire d’Etat fait partie du gouvernement ? Et prendre un autre décret le confirmant à son poste. La Présidence qui, en l’espace de moins de 24heures, a pris deux décrets de nomination des membres du gouvernement, un troisième ne sera pas de trop au lieu de violer allègrement la Loi fondamentale du pays. 


Cette histoire du Secrétariat d’Etat qui demeure intact malgré la dissolution rappelle une autre, il y a quelques années à la formation du gouvernement 1 de Selom KLASSOU. Les Togolais  avaient découvert médusés sur la photo des membres du gouvernement lors d’un séminaire gouvernemental à Kara que Solitoki en faisait partie. Or celui-ci n’avait pas été nommé dans le gouvernement à l’époque. Il était certes, nommé dans le précédent gouvernement comme conseiller du Président de la République avec rang de ministre. A la réaction de l’opinion, la réponse donnée à l’époque était que ce Conseiller du Président de la République avec rang de ministre nommé par décret présidentiel, ne pourra être révoqué que par un autre décret. Mais depuis, on ne l’a plus revu dans les membres du gouvernement. Mais comme il n’y a pas un décret de révocation de ce dernier, ne soyez pas surpris si dans les jours à venir vous voyez Solitoki et Mme Assih dans les membres du gouvernement. Sachez seulement qu’ils ont la faculté d’être et ne pas être dans le gouvernement. Ils sont dans le gouvernement quand tout va bien mais quand il y a démission, ils ne sont pas concernés.

Ainsi va la République.



Po/17/01/19





Francine DZIDULA





scoopinfotg@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires