OTR : TCHODIE PREND DU GALON


                                              Kokou TCHODIE, le nouveau Commissaire général de l'OTR


Deux nominations ont été opérées ce mercredi au cours du conseil des ministres tenu sous la présidence du chef de l’Etat Faure GNASSINGBE. Ces décrets ont été pris pour le compte du Ministère de l’Economie et des finances et au titre de l’Office togolais des recettes (OTR). Ainsi en remplacement du Commissaire général intérimaire Kodjo ADEDZE, nommé ministre du Commerce, Philippe Kokou TCHODIE, précédemment Commissaire des services généraux à l’OTR.

Depuis le départ du Commissaire rwandais Henri Gaperi en février 2017, tous ceux qui se sont succédé à ce poste le sont à titre intérimaire. C’est comme à part l’étranger aucun Togolais n’est en mesure de diriger cet office.

L’autre nomination concerne, le Commissariat des douanes et des droits indirects laissé vacant par la nomination de Kodjo ADEDZE au Commissariat général. Et donc, un nouveau Commissaire des douanes et des droits indirects a été nommé. Il s’agit d’Ata Kakra Koawou ESSIEN.

Notons que c’est en 2012 que le gouvernement togolais a créé l’OTR qui intégrait les anciens régies de la douane, des impôts et des services généraux en une seule structure unique avec pour but de créer une administration moderne, efficace et orientée vers des services de qualité des contribuables.

Cette fusion a fortement réduit les doublons administratifs, tout en affaiblissant sensiblement les effets de la « loi des rendements décroissants ».

L’OTR a recruté l’ensemble de son personnel sur de nouvelles bases en laissant sur le carreau plus de 2000 agents issus des anciennes administrations des impôts et des douanes.  Cette profonde restructuration a provoqué des mouvements de protestation et des grèves et une plainte devant la haute cour de justice de la CEDEAO à Abuja par les agents.

Grâce à certains instruments fiscaux innovants issus de la dématérialisation des procédures fiscales et au consentement volontaire à l’impôt, les recettes fiscales liquides ont augmenté de 23% pour atteindre 721 millions de dollars EU, après la première année de fonctionnement de l’OTR. Dans la foulée, le Togo a amélioré son score de 4% en ce qui concerne l’environnement des affaires, se hissant parmi les dix pays au monde qui ont plus progressé, selon le rapport Doing business 2015.

Pour garantir la transparence et la traçabilité des recettes de l’Etat, l’OTR a mis en place un système de collecte direct des recettes fiscales, qui consiste à supprimer quasi tous les postes de comptables et de caissiers fiscaux pour confier aux banques les opérations d’encaissement. Cette mesure a permis de réduire le délai moyen de sortie des marchandises, de faire cesser les files d’attente devant les caisses et, au final, d’augmenter les recettes de l’Etat. Pour combattre la fraude et la corruption, l’OTR a aussi introduit le premier système au Togo de déclaration de patrimoine de ses agents, et mis en place un numéro vert et une adresse courriel pour recueillir les plaintes des contribuables.

Mais depuis le départ du Rwandais, cet office affiche un bilan mitigé et est décrié par les opérateurs économiques.

Ec/01/02/19

Clarisse AFANOU

E-mail : scoopinfotg@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires