ACCUSE DE SORCELLERIE IL FUT TUE PAR SA FAMILLE ET UN CHARLATAN









Crime crapuleux à Kara. La scène s’est passée il y a environ un mois dans la ville de Kara, environ 420km au nord de Lomé. Un ancien chef de détachement des gardiens de préfecture et ancien chef quartier, a été froidement abattu par un charlatan en complicité avec les membres de sa famille dont son fils.



Depuis que M. P a été admis à faire valoir ses droits à la retraite et son retour au village, il n’est pas en odeur de sainteté avec les autres membres de sa famille. Chaque fois, il est accusé d’être responsable des malheurs de la famille. Jalousé et détesté, il sera accusé d’être sorcier.



Ainsi la famille est allée consulter un charlatan. Ce dernier a convaincu le retraité qu’il lui fera une cérémonie pour  « laver sa peau de la sorcellerie ». En milieu kabyè, selon la croyance on peut ne pas être sorcier mais prêter son corps à des sorciers qui l’utilisent pour nuire aux humains, d’où la nécessité de laver ce corps pour permettre à l’individu de reprendre possession du corps. C’est donc cette cérémonie que le charlatan était censé faire pour permettre à M. P de reprendre possession de son corps.



Dans un premier temps, le charlatan l’a amené chez lui dans un village dans la préfecture de Tchamba pour les cérémonies.  Là, dans la brousse, le charlatan lui a remis une potion à avaler qui s’est révélée être la poison. Malgré des vomissements, M. P a réussi à rentrer chez lui alors que tous croyaient qu’il était mort.



Surpris de le revoir vivant, un nouveau plan fut échafaudé.

Le charlatan, toujours le même, sous injonction de la famille appelle nuitamment  l’ancien gardien de préfecture et lui donne rendez-vous hors de la ville pour une nouvelle cérémonie.  Déclarant ne pas pouvoir se rendre au lieu du rendez-vous, la famille convainc un voisin à le remorquer sur sa moto. Une fois sur le lieu du rendez-vous, c’est un guet-apens qui l’attend.



Il sera abattu, assommé, la tête mutilée sans ménagement jusqu’à son sang soutiré en présence de son enfant. Une fois le crime accompli, l’enfant revient à la maison informer ses tantes qui lui ordonnent qu’il peut aller maintenant ramener le corps à la maison avant la levée du jour.



Mais malheur pour lui. Au moment de s’exécuter, il fut surpris. L’affaire a ameuté la ville jusqu’à ce que le Procureur de la république en fût saisi. Il a ordonné que le corps soit déposé à la morgue  et a ouvert une enquête. Un des frères du disparu arrêté passe aux aveux alors que l’enfant complice de l’assassinat de son père et le voisin qui a remorqué l’ancien gardien de préfecture sur le lieu du crime ont pris la poudre d’escampette avec le charlatan. Ils sont toujours dans la nature.



Notons que la semaine dernière, pour éviter le courroux des dieux sur le peuple kabyè en raison de cet assassinat horrible et pour permettre le repos de l’âme du disparu, les prêtres de la religion traditionnelle ont organisé une cérémonie de purification sur le lieu du crime.





So/10/03/19





Clarisse AFANOU





scoopinfotg@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires