BURKINA FASO ; INAUGURATION D’UNE STATUE GEANTE EN HOMMAGE A SANKARA



Inauguration ce samedi à Ouagadougou en marge du Festival de cinéma africain (FESPACO) d’une statue géante en hommage à Thomas SANKARA, président burkinabè assassiné en 1987 et ses 12 compagnons de la révolution. La cérémonie s’est déroulée en présence du président burkinabè Rock Marc KABORE et de l’ancien président ghanéen John Jerry RAWLINGS, considéré comme l’ami du disparu.


Le monument mesure 5 m de haut sur un socle de 4 m, ce qui fait au total 9 m, est érigé à l’initiative du Comité international mémorial, sur les lieux du siège du siège du Conseil national de la révolution, où le capitaine SANKARA a été assassiné. Le buste de trois de ses compagnons a été également érigé.


MM. KABORE et RAWLINGS ont déposé chacun des gerbes devant le bâtiment où des grands portraits de Thomas SANKARA  et de ses douze compagnons ont été accrochés. 


Pour Roch Marc Christian KABORE, les idées et les actions du capitaine Thomas SANKARA  doivent être perpétuées pour les futures générations. « Nous devons, à travers l’ensemble de ces œuvres, à travers l’ensemble du travail qu’il a fait pour ce pays, l’engagement personnel au-delà de sa vie, tirer l’ensemble des leçons pour nous-mêmes et pour les générations à venir, a lancé le président burkinabè. 


« Nous avons des émotions sur ce site mais nous devons capitaliser ces émotions pour avancer. Ceux qui sont tombés ici nous rappellent qu’on lutte pour la liberté et la justice », a pour sa part déclaré M. RAWLINGS.
Thomas SANKARA a dirigé le Burkina Faso entre le 4 août 1983 et le 15 octobre 1987. Il incarnait la première révolution burkinabè. Il sera abattu lors d’un coup d’Etat qui amène au pouvoir son ami et compagnon et compagnon d’arme Blaise COMPAORE qui a son tour sera chassé par une révolution populaire.

Le souvenir de SANKARA reste vivace dans la jeunesse africaine qui en a fait une icône, un « Che Guevara » africain.



It/02/02/19






 Francine DZIDULA





 scoopinfotg@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires