PRESIDENTIELLE 2020 : JEAN PIERRE FABRE PARLE DE SA CANDIDATURE ET « DU CANDIDAT NATUREL ».



Une  polémique est née depuis le 24 février dernier quand au cours d’un meeting d’information de son parti, un responsable et ancien député de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) a déclaré que le candidat naturel de leur formation politique est Jean-Pierre FABRE. Une déclaration diversement appréciée par l’opinion surtout qu’elle a été faite  quelques jours seulement après l’organisation du conclave dont certains partis membres de la Coalition de l’opposition (C14) avaient boudé pour ne pas cautionner une candidature unique. La  déclaration  du député DRAH a  même valut un recadrage de la part du secrétariat à la communication du parti « Orange ». Mais le principal intéressé, Jean-Pierre FABRE, ne s’est publiquement pas exprimé sur la question. Profitant de la conférence de presse de la C14 ce matin, l’ancien candidat à l’élection présidentielle au Togo, a dit tout ce qu’il pense de cette déclaration.

Pour FABRE, cette polémique n’a pas raison d’être parce qu’il suffit de comprendre ce que c’est qu’un candidat naturel. Selon lui chaque parti politique a un premier responsable, et ce dernier  est le candidat naturel de ce parti, ça s’appelle candidat naturel.

« Personne n’a dit et je serai heureux de l’apprendre mais  malheureusement ça n’a pas été dit que Jean-Pierre FABRE est le candidat naturel de la Coalition. Qu’un responsable de l’ANC dise à un meeting de l’ANC que Jean-Pierre FABRE est le candidat naturel de l’ANC ça n’a rien d’extraordinaire. C’est tout à fait naturel », a indiqué le double candidat malheureux à la présidentielle au Togo et qui ne cache pas son envie de se représenter de nouveau.

Et de poursuivre, « si on m’informait que je suis le candidat naturel de la Coalition quelle joie mais il n’en a pas été question aux journées des réflexions (NDLR : le conclave organisé par la C14) ». 

A la question de savoir si après deux tentatives infructueuses de conquête du pouvoir par les urnes, il ne serait pas bien qu’il passe le témoin à un autre cadre de son parti ou de la Coalition, la réponse de l’ancien chef de file de l’opposition a été très claire.

La question ne se pose pas en ces termes, avait-il commencé. « Je suis désolé, quand on a une ambition pour son pays, on porte cette ambition. Et l’ambition ça ne se délègue pas. Dire que j’ai fait deux tentatives. Deux tentatives dans quelles conditions », s’est-il interrogé.

Le président de l’ANC qui donne l’exemple des anciens présidents français François MITTERRAND et Jacques CHIRAC qui se sont présenté chacun à trois reprises (1965,  1974 et  1981 pour François MITTERRAND et  1981,  1988 et 1995 pour  Jacques CHIRAC) avant de remporter le scrutin estime qu’il est « déterminé, persévérant, patient, décidé » à conquérir le pouvoir.

« On ne dit pas je suis candidat, j’ai fait deux tentatives, j’abandonne. Je prends quelqu’un de mon parti ou je prends quelqu’un d’un autre parti », a encore déclaré M. FABRE. Il reconnait tout de même que la situation  de notre pays est complexe et peut amener à penser à des solutions de ce genre mais « ce n’est pas automatique ». 

S’agissant de la candidature unique de la C14, réaliste, l’ancien député de Lomé, appréhende toutefois des difficultés pour y parvenir.

« Chacun porte une ambition, c’est difficile de dire à quelqu’un il faut que tu deviennes raisonnable. Personne n’a ce droit (…) La personne se présente et constate que (…) », dit-il.

Pour FABRE l’idéal c’est d’avoir cette candidature unique, il le faut avec beaucoup de précaution.  Si ce n’est pas moi « je dirais tout simplement que c’est difficile, (…) parce qu’on peut dire qu’on désigne le candidat unique sur des critères objectifs, même ça c’est compliqué », a-t-il conclu.

Jean-Pierre FABRE a été candidat à l’élection présidentielle à deux reprises en 2010 et 2015. Chaque fois il s’est hissé en seconde position  derrière le candidat du parti au pouvoir.

Po/02/03/19





Francine DZIDULA





Enregistrer un commentaire

0 Commentaires