PRESIDENTIELLE 2020 : LA C14 ESPERE DESIGNER UN CANDIDAT UNIQUE POUR AFFRONTER LE POUVOIR


                     Les principaux responsables de la C14 (Jean-Pierre FABRE au milieu) lors de la conférence de presse


Attendue depuis le conclave qu’il a organisé les 20 et 21 février dernier, la Coalition des 14 partis de l’opposition, une des principales forces de l’opposition togolaise, a tenu une conférence de presse ce matin à Lomé. Etaient présents au cours de cette rencontre avec la presse, Jean-Pierre Fabre, le président de l’ANC, Me Dodji Apevon, le président des FDR, Antoine Foli délégation national de UDS-Togo, Pascal ADOKO de la CDPA. On notait l’absence remarquée du CAR de Me AGBOYIBO, du PNP de Tikpi ATCHADAM …

Il s’agissait au cours de cette première rencontre avec la presse depuis ce conclave de faire le point des conclusions des travaux. Ainsi, la conférence de presse a tourné autour de quatre points à savoir : le bilan des 18 mois de lutte commune pour la démocratie au Togo, l’évaluation et l’analyse des résultats constatés, les fondements d’une nouvelle dynamique unique des forces démocratiques et les actions urgentes à mener. 

Selon le relevé des conclusions du conclave, les participants ont fait le constat unanime qu’à ce jour, la Coalition n’a atteint aucun des objectifs qu’elle s’est fixés dans sa plateforme revendicative, ce que les participants ont déploré. Ils considèrent que les élections législatives unilatérales du 20 décembre 2018 ayant abouti à une Assemble nationale monocolore constituent un vrai recul par rapport à l’objectif d’un Togo démocratique que tous les Togolais appellent de leurs vœux.

Cependant, les participants se sont félicités de ce que, malgré toutes les embûches et difficultés auxquelles elle a été confrontée, la Coalition ait su résister au temps et à l’usure. Elle a réussi à briser des barrières et tabous artificiels développés et entretenus de longue date par un régime qui s’est toujours évertué à présenter le combat du peuple togolais pour la liberté et la démocratie comme un combat antagoniste Nord-Sud. Toutes les zones du pays jusqu’alors fermées à toutes formes de contestation grâce aux dispositifs militaires de répression déployés par le régime se sont désormais jointes au mouvement de libération nationale.

Au sujet du mot d’ordre de boycott du dernier recensement et du refus de participer aux élections législatives du 20 décembre 2018, les participants ont unanimement réaffirmé leur pleine adhésion à ce choix politique responsable de ne pas servir de faire-valoir à une parodie d’élection.

A ce sujet, les participants ont déploré le fait que la CEDEAO ait interrompu le processus de Dialogue sans avoir apporté des solutions à la crise togolaise et n’ait pas été en mesure de faire respecter sa propre feuille de route.

UNE NOUVELLE DYNAMIQUE UNITAIRE DES FORCES DEMOCRATIQUES

Les participants au conclave ont réaffirmé leur adhésion aux trois objectifs de leur lutte commune pour la libération du Togo qui porte sur :

-Obtenir la mise en œuvre des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales y compris le droit de vote pour les Togolais de l’étranger ainsi que les conditions d’organisation d’élections démocratiques, transparentes et équitables au Togo.

-Obtenir la libération de tous les militants des partis politiques et des organisations de la société civile encore en détention dans les prisons togolaises suite aux manifestations pacifiques organisées par la Coalition, le retour au pays de tous les réfugiés et des exilés, 

Nous organiser pour aller ensemble aux prochaines élections.

Les participants sont décidés à poursuivre leur combat au sein de la Coalition et à mobiliser encore plus fortement  les populations togolaises pour l’obtention des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales, la victoire  aux prochaines élections en vue d’une meilleure gouvernance du Togo au profit au peuple togolais.

Les participants se sont accordés sur le principe d’aller ensemble aux prochaines élections locales et se sont engagés avec les populations togolaises afin que les prochaines élections se déroulent dans les meilleures conditions de transparence et d’équité.

LA PROCHAINE ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2020

A l’issue d’un débat franc, sincère et ouvert, les participants se sont engagés à accentuer la mobilisation pour obtenir les réformes et à aller ensemble à la prochaine élection présidentielle de 2020 en mutualisant les ressources.

A cet effet, les participants ont reconnu que la désignation par la Coalition d’un candidat unique face au candidat du pouvoir serait l’option idéale sans pour autant minimiser les difficultés liées à la mise en œuvre d’une telle option.

Sur les neuf participants, six se sont prononcés en faveur de la désignation d’un candidat unique de la Coalition à la prochaine élection présidentielle, deux en faveur de candidatures multiples sous parapluie commun et un n’a pas encore de position clairement affichée sur le sujet.

Tous les participants sont néanmoins d’accord pour faire du prochain mandat, un mandat de transition impliquant tous les acteurs autour d’une plateforme politique commune.

Les participants se sont engagés à poursuivre les discussions sur les modalités de mise en œuvre de cette option, notamment celles concernant les modalités et les critères de désignation d’un candidat unique.

Notons que les travaux du conclave se sont déroulés les 20 et 21 février dernier. Sur les 14 partis politiques composant la C14, seuls 9 ont pris part à cette rencontre de réflexion. La C14 est la principale force de l’opposition togolaise. Elle a mobilise dans la rue depuis le 19 août 2018, des milliers de Togolais dans les rues pour réclamer des réformes institutionnelles et constitutionnelles dans ce petit pays dirigé depuis plus de cinq décennies par le même clan. 


Po/01/03/19





Francine DZIDULA





Enregistrer un commentaire

0 Commentaires