ANC : « UN DE PERDU DIX DE RETROUVES »



                                                                                      Logo de l'ANC


Le weekend dernier a été riche en événement pour l’Alliance nationale pour le changement (ANC), le parti de Jean-Pierre FABRE. L’ancien principal parti de l’opposition togolaise a enregistré ce weekend des entrées et des départs en son sein. Une sorte de jeu de chaise musicale.

Aworou Waste AREGBA, président de la fédération internationale Europe Asie de l’ANC a rendu son tablier hier dimanche. C’est à travers une lettre adressée au Président national du parti. Mais cette démission a surpris plus d’un. Ce n’est pas tant la démission en elle-même qui surprend mais les raisons qui la sous-tendent. Personne ne peut nier le droit à un citoyen de démissionner d’un parti politique quand les convictions qu’il défend ne se retrouvent plus dans cette formation politique mais quand on justifie sa démission par des mobiles farfelus il y a lieu de s’interroger sur les vrais mobiles de la démission.

 En effet, l’ancien président fédéral international de l’ANC, puisque c’est comme ça il faut désormais l‘appeler, Aworou Waste AREGBA, justifie sa démission par le fait que sa formation politique, l’ANC, n’ait pas condamné le refus des autorités togolaises de voir l’ancien ministre François Esso-Akila BOKO fouler le sol togolais. Cette réaction venant de la part d’un homme ayant  occupé jusqu’à hier des hautes fonctions au sein de son parti politique est révélateur de la culture politique de cet homme et de l’intérêt qu’il porte à sa formation. Car mêmes les petits militants de l‘ANC des quartiers comme Kagnikopé ou Attigangomé savent que leur formation politique est l’un des rares, sinon tout le premier parti politique à condamner cette violation faite à la constitution togolaise par le refus à un citoyen togolais de rentrer sur le sol natal. D’ailleurs, sur la base du communiqué de condamnation de l’ANC, certains  l’avait taxé de récupération politique. Et voilà que c’est cet argument que tient un cadre du parti pour démissionner. Soit M. AREGBA fait preuve de mauvaise foi ou soit il est sous informé. Dans l’un ou l’autre cas, ça ne l’honore pas. Avec cette attitude à ne pas s’intéresser aux affaires du parti, ce n’est pas étonnant qu’il soit relégué à un rôle de « faire-valoir » comme lui-même le reconnait dans sa lettre de démission.

Ce qui est encore surprenant dans cette lettre de démission est que le sieur AREGBA veut faire porter à l’ANC la responsabilité du refus fait à BOKO de rentrer au pays. Comment est-ce possible ? S’attaquer à l’ANC tout en laissant le gouvernement c’est prendre la proie pour l’ombre. On aurait aimé voir M. AREGBA s’en prendre au premier responsable qui a empêché son ami de rentrer au pays. A bien comprendre M. AREGBA, il appartiendrait à M. FABRE d’aller chercher avec une baguette magique M. BOKO pour le faire rentrer au pays comme il affirme que ce dernier « se complaît dans un silence jouissif ».

A lire la lettre de démission d’AREGBA, on découvre que c’est un « super héros » puisqu’il fait trop l’important en écrivant qu’il a réussi avec François Boko, Comi Toulabour, Tido Brasseur à faire de Jean-Pierre FABRE un homme politique d’envergure. Lui, son nom ne dit rien à plupart des Togolais. Mais si tel est le cas, on attend juste qu’il mette ses compétences à profit pour ravir la vedette à FABRE maintenant qu’il n’est plus de son parti et chasser la dictature les Togolais lui en seront reconnaissant.

BONNE MOISSON POUR L’ANC

« Un de perdu dix de retrouvés », ce proverbe des amoureux sied bien à la situation qu’a traversé l’ANC ce weekend. Au moment où M. AREGBA pliait ses bagages du parti de Jean-Pierre FABRE, la veille le parti enregistrait une adhésion en bloc dans la préfecture de Tône et de Cinkassé.


                                               Les militants ayant rejoint l'ANC


Cette opération d’adhésion est conduite par l’ancien député  Dr Pierre JIMONGOU, ancien secrétaire général de l’UFC. On se rappelle qu’à la veille des législatives de décembre dernier, ce responsable politique du parti du fils du père de l’Indépendance du Togo avait claqué la porte à l’UFC et avec lui les militants du parti dans les préfectures ci-dessus énumérées. Et donc c’est avec ces militants que l’ancien SG de l’UFC a décidé de rallier l’ANC.

Quand on connait, le nombre de militants que cet ancien élu du peuple draine derrière lui, on peut affirmer sans trop se tromper que c’est un bon cru pour le parti de Jean-Pierre FABRE à quelques mois des échéances électorales dans le pays.

Alors que l’ANC se frotte les mains par cette adhésion, l’UFC doit s’en mordre les doigts. Car la région des Savanes est considérée comme une réserve de voix pour le parti de Gilchrist OLYMPIO. Ce parti a souvent fait de bon score dans cette zone. Maintenant que Dr JIMONGOU quitte la maison jaune pour celle orange on ne sait plus sur qui UFC va s’appuyer dans la région lors des prochaines échéances.

Comme on le voit la guerre entre l’UFC et l’ANC n’est pas prête de finir. Gilchrist OLYMPIO qui a toujours déclaré « la maison d’Ablodé » reste ouverte pour ceux qui ont quitté le parti qu’ils reviennent à la maison, on se rend compte qu’au fur et à mesure que les années passent la maison « la maison d’Ablodé » se vide davantage.


Po/01/04/19



Francine DZIDULA


Enregistrer un commentaire

0 Commentaires