ASSEMBLEE NATIONALE : LA QUESTION DES REFORMES A L’ORDRE DU JOUR DE LA SESSION ORDINAIRE QUI S’OUVRE CE MATIN



La première session ordinaire de l’année 2019 des députés de la VIème Législature s’ouvre ce matin à Lomé. C’est la première session ordinaire de plein temps des députés de cette législature. Elus en décembre dernier, les députés n’avaient pas eu le temps de faire une session entière avant d’aller en congé.

Cette session est très attendue car elle permettra aux élus du peuple de solder l’épineux problème des réformes qui empoisonnent la vie de la nation depuis plus d’une décennie. Lors de la dernière législature, trois projets de réformes constitutionnelles n’avaient pas pu aboutir car les députés ne réussissaient pas à accorder leur violon sur le texte surtout en ce qui concerne la candidature de  l’actuel chef de l’Etat qui a déjà fait plus de trois mandats et s’il peut encore briguer un autre si ces réformes sont actés.

Ces réformes font partie de la feuille de route édictée par la CEDEAO pour la sortie de crise mais l’organisation sous régionale n’avait pas pu faire appliquer sa propre feuille de route bien qu’elle ait recruté un expert constitutionnaliste qui a élaboré un projet de constitution, le texte avait été dépouillé de sa substance et n’a pas pu être  voté avant les élections. 

Maintenant que seul le pouvoir RPT-UNIR siège au parlement on espère que ces réformes se feront comme le souhaite le peuple avec limitation de mandat, le scrutin à deux tours et le vote de la diaspora.

A quelques jours du début de cette session, un élu Abass KABOUA avait menacé qu’il boycotterait les débats parlementaires si les réformes ne sont pas faites. 

Cette session durera trois mois et devra également permettre aux députés de mettre en place les commissions permanentes.
Notons que des parlementaires étrangers assisteront ce matin à l’ouverture de cette session.

Po/03/04/19
Francine DZIDULA

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires