LE PNP MAINTIENT LA MARCHE DU 13 AVRIL Y COMPRIS A KPALIME




A une semaine de la marche nationale du Parti nationaliste panafricain (PNP) annoncé comme « gigantesque » et alors que le ministère de l’Administration territoriale, n’a pas encore répondu au courrier d’information à lui adressé à propos de cette marche, la dernière réunion avant cette manifestation s’avère importante pour les militants. Il s’agit pour eux d’avoir toutes les informations nécessaires sur la marche. Et sur ce point, ils n’ont pas été déçus. Le conseiller du président du parti Ouro-Djikpa TCHATCHIKPI, leur a servis des infos.



Les semaines passent mais l’affluence aux réunions du parti au cheval ne désemplie pas. Ils sont toujours nombreux à assister aux réunions du parti de Tikpi ATCHADAM.



Pour ce samedi, le principal point de discussion qui a retenu l’attention des militants est la marche de samedi prochain.

Pour TCHATCHIKPI, « la marche aura belle et bien lieu y compris à Kpalimé ». Par ces propos, le responsable du PNP vient contredire une information véhiculée cette semaine par les chefs traditionnels de la Préfecture de Kloto qui, en présence du préfet, ont interdit toute manifestation à caractère politique sur l’étendue de la préfecture, car dit-ils, ils ont eu vent des informations selon lesquelles des individus se préparaient à semer des troubles dans la ville au cours de ces marches.

A cet effet, le responsable du PNP a réaffirmé le caractère pacifique de la marche du 13 avril prochain. « C’est ce que eux-mêmes ils préparent, c’est ce qu’eux-mêmes ils ont formé, c’est ceux-là qui vont venir commettre des forfaits et les coller à la peau de mon parti, ça ne marchera pas », a indiqué M. TCHATCHIKPI, sous l’acclamation de l’assistance.




« La marche partira de Dapaong jusqu’à Lomé en passant par Kpalimé aura bien et lieu et sera pacifique, non violente comme cela a été toujours le cas depuis le 17 août 2017 », a-t-il encore souligné.

Il a convié les militants du parti, pour la prochaine marche, celle du 13 avril 2019, et au-delà, à garder leur sang froid, « pas de violence physique, ni verbal, pas de bâton, pas de casse… »

Prônant le pacifisme, le service d’ordre du parti est appelé à jouer son rôle afin de démasquer tout fauteur de trouble et le remettre à qui de droit.

« Notre devons aborder la dernière manche de notre lutte avec beaucoup de conviction et d’assurance car tout malfaiteur ont leur dernière victime », a encore déclaré TCHATCHIKPI.

Un message du président du parti, Tikpi Salifou ATCHADAM a été élu aux militants. Dans ce message, le N°1 du PNP déclare qu’au stade actuel de la lutte, le travail consiste à desserrer l’étau contre les villes assiégées (Dapaong, Bafilo, Sokodé) et autour de certains quartiers de Lomé exige  une intensification de la mobilisation dans les localités autres que celles cités ci-dessus. C’est seulement de cette façon qu’ils parviendront à réaliser le record de tous les records qui les conduira à la victoire finale, souligne le message.

« Le pouvoir minoritaire doit sentir la mobilisation des marches comme le grondement d’un ouragan, toutes les localités du pays doivent être debout », a-t-il insisté.



Les chancelleries ont été aussi conviées à œuvrer pour le respect de la liberté de manifestation de la population togolaise.



Notons que le PNP prévoie une marche synchronisée nationale dans dix villes du pays et dans la diaspora. Pour le moment le ministère de l’Administration n’a pas encore réagit au courrier. Ce ministère a souvent l’habitude de réagir au dernier moment pour ne pas donner droit de recours aux organisateurs, ce qui est contraire à la loi Bodjona sur les manifestations à caractère politique.



Po/06/04/19



Francine DZIDULA
Crédit photo PNP

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires