MARCHE DU 13 AVRIL : LE PNP MAINTIENT SES ITINERAIRES ET APPELLE LA POPULATION A SORTIR MASSIVEMENT


 A quelques heures de la grande marche « nationale et gigantesque » du PNP prévue sur ce samedi, le moins qu’on puisse dire est qu’on s’achemine vers un bras de fer. Le parti au cheval a maintenu ses itinéraires et villes en dépit de la sortie du ministre de l’Administration territoriale Payadowa BOUKPESSI qui n’a retenu que trois villes sur la dizaine choisie par le parti de l’opposant Tikpi ATCHADAM et confiné les manifestants de Lomé dans la banlieue de Togblèkopé, environ une vingtaine de kilomètres au nord de Lomé.

Tout comme à la veille de la grande marche du 19 août 2017, l’itinéraire constituera la pomme de discorde entre le PNP et les autorités ministérielles. A la différence de 2017 où il ne fallait pas marcher sur la nationale N°1, cette fois-ci, les raisons qui expliquent le recadrage de l’itinéraire de la marche du 13 avril sont dues aux plaintes des riverains et au manque d’effectif pour l’encadrement des manifestants.

Mais au parti du cheval, on ne l’entend pas ainsi. Pour le PNP qui a maintenu la marche dans les villes retenues et les itinéraires qu’il a définit à Lomé, estime que le problème d’itinéraire ne se pose pas. « Nous maintenons nos itinéraires. Vous croyez qu’on va aller manifester à Togblekopé ? C’est du n’importe quoi », fulmine un cadre du parti sous le couvert de l’anonymat. Il dénonce la violation de la liberté de manifestations reconnue par la Constitution togolaise et la loi sur les manifestations publiques par le ministre de l’Administration territoriale.

Il reproche en outre au ministre de n’avoir pas eu de séances de travail avec les responsables du parti comme cela avait été fait en 2017 avant d’imposer son itinéraire.« Ce n’est pas ce que dit la loi. Il n’a pas consulté les responsables du PNP pour convenir d’un nouvel itinéraire. Comment allons-nous manifester dans la brousse là bas. Nous ne disons pas que Togblékopé est une brousse mais si vous allez sonder l’itinéraire définit par le ministre, vous verrez que la zone qu’il nous impose nous marcherons sans voir  de goudron », déplore-t-il avant de poursuivre que : «  Nous manifestons pour que ça ait un impact sur ce que nous demandons, on ne va pas nous caser quelque part. Nos itinéraires sont maintenus. Nous demandons simplement au peuple de sortir et de répondre massivement à notre appel.  C’est le moment où jamais pour la libération », conclut notre interlocuteur.Pour rappel, le PNP prévoit manifester ce samedi pour exiger la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO et les réformes institutionnelles et constitutionnelles avec le retour de la constitution de 1992, la limitation de mandat présidentielle, et le vote de la diaspora.Le 09 avril dernier, dans un courrier en réponse à la note d’information du PNP, le ministre de l’Administration territoriale n’avait retenu en dehors de Lomé que deux villes de l’intérieur du pays à savoir Sokodé et Afagnan.
 
Po/10/04/19
Francine DZIDULA

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires