Ghana : L’opposition en colère contre le président Nana Akufo-Addo




 Les membres de la Coalition pour la justice sociale (CSJ) ont organisé le mardi 9 juillet dernier une manifestation surnommée «Kum Yen Preko» (Tue nous immédiatement) afin d'exprimer leur mécontentement face à ce qu'ils qualifient de «situation difficile» dans le pays.

 La Coalition pour la justice sociale a manifesté contre la situation d'insécurité, les attaques contre la liberté de presse qui prévalent actuellement au pays de Nana Akufo-Addo.

A la Coalition s'est ajouté le principal parti de l'opposition ghanéenne NDC (le parti de l'ancien président John Mahama), la Greater Accra Market Women Association, le Concerned Drivers Union, le True Drivers Union, le Free Media Vanguard, la Coalition pour la souveraineté nationale, les clients mécontents de MenzGold et impayés du Gold Coast Fund.

Cette marche de protestation a connu la participation de milliers de ghanéens qui se disent déçus par la politique économique de l'actuel gouvernement.

 En effet depuis l'arrivée du président Nana Akuffo-Addo au pouvoir, la situation économique du pays ne fait de se détériorer. La plupart des promesses électorales de l'actuel gouvernement peinent à voir le jour. A cette situation s'ajoute la fermeture de dizaines établissements financiers avec pour conséquences des milliers de pertes d'emplois.

Sur le plan sécuritaire, les professionnels de la presse critiquent le pouvoir d’être à l’origine des attaques systématiques dont ils sont victimes. Sur tous les plans, les signaux sont au rouge, déclarent-ils.


Dans une déclaration post-manifestation, les autorités sécuritaires ont mis en garde les personnes souhaitant profiter d'une manifestation pour semer le trouble.

Selon Sammy Awuku, l'un des leaders du parti au pouvoir NPP, la manifestation de mardi n’avait pas réussi à attirer un nombre aussi élevé que prévu. "Je parlais à M. Joshua Akamba et il m'a dit qu'environ 1.000 personnes ont participé à la manifestation mardi. C'est un énorme échec par rapport à notre précédente manifestation lorsque nous étions dans l'opposition", a déclaré Samuel Awuku chez nos confrères de Kingdom FM 107.7 basé à Accra.


"La manifestation a échoué parce que sous l'administration du nouveau parti patriotique, les gens profitaient de la gratuité de la SHS et des allocations pour les étudiants en sciences infirmières et en formation", a-t-il ajouté. Il faut souligner que les organisateurs prévoient une série de manifestations à travers tout le pays notamment à Kumasi, chef-lieu d'Ashanti Region.

It/01/07/19
Samuel Yendoubé

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires