Les agents d’EDITOGO vont-ils enfin faire plier Rémy Assih BANAFEI, le célèbre retraité qui dirige TOGOPRESSE



Les agents de la Société nationale des éditions du Togo (EDITOGO), éditrice du quotidien national TOGOPRESSE, vont-ils mettre leur menace à exécution. Eux qui ont déposé le 29 juillet dernier un préavis de grève de 72h qui couvre du 06 au 08 août prochain à l’intention de la direction de ladite société. Ce n’est pas la première fois que le personnel de cet établissement parapublic manifeste son mécontentement.


Le personnel de l’EDITOGO observe périodiquement des mouvements de débrayage pour  attirer l’attention des autorités qui sont les plus grandes consommatrices de leur production (journaux et autre papeterie) sur leurs situations mais jamais elle n’évolue. Le Tout puissant directeur de la société Rémy Assih BANAFEI, admis à la retraite depuis presque 20 ans tient la boite d’une main de fer sous la menace et les intimidations allant jusqu’à interdire à des syndiqués de sa société de tenir des réunions.


Il y a 4 ans, en plein sommet de l’Union de la presse francophone (UPF) à Lomé, le personnel avait privé le Togo des journaux une bonne partie de la journée à travers une opération dite « Sans presse » avant de reprendre les travaux dans l’après midi perturbant durablement la distribution du journal.


Et depuis, la situation du personnel n’a guère évolué. Les revendications du personnel sont presque les mêmes à chaque année : l’augmentation des salaires de façon à le hisser sur la grille salariale définit et le retour des primes pharmaceutiques. Certains payés en bas du SMIG, ils n’ont jamais bénéficié des avantages que  le gouvernement octroie aux agents de la fonction publique notamment 8000 et 6500 francs CFA en 2008 aux agents de catégories inférieures et  en 2013, ils n’ont pas bénéficié des primes forfaitaires de 30.000 et 20.000 francs CFA. A tel enseigne qu’ils ne savent pas s’ils sont des agents de l’Etat ou para-public ou même privé.


Les différents ministres qui ont eu à succéder à la communication sont au parfum de la situation de ces agents et ont promis les résoudre. Et pourtant, les agents continuent toujours de broyer du noir ….


Pour rappel Rémy Assih BANAFEI à l’instar de Koffi Kadanga Walla l'ex directeur général de la CNSS et Pekemsi Kudjow-Kum l'ex directeur de la LONATO faisait partie des trios célèbres fonctionnaires de l’Etat admis à la retraite depuis lustre mais qui rechignent à céder leur fauteuil. Finalement, Kadanga sera remplacé en 2016 par Ingrid AWADE alors que PEKEMSI a eu son repos éternel. Il ne reste qu’à bord Rémy Assih.



Clarisse AFANOU

E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires