Retard dans la publication des résultats des locales : Guerre des "perdants" entre la C14 et le NET dans l’Ogou




A 72 heures du scrutin historique du 30 juin dernier, qui verra le renouvellement des conseils municipaux du Togo, les Togolais ne disposent d’aucun chiffre de l’élection, à part le taux de participation communiqué hier par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).


Ils étaient plus de 3 millions d’électeurs à se rendre aux urnes ce dimanche pour élire les 1 527 conseillers municipaux devant constituer les 117 communes du Togo. Le scrutin s’est déroulé globalement dans le calme. Mais depuis la fermeture des bureaux de vote, les Togolais sont dans l’attente des résultats. Une attente qui dure trop et elle risque d’ouvrir la porte à la publication des chiffres sans fondements. Or, la loi, la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC), s’entend, interdit la publication de tout résultat outre que par la CENI. Or, depuis dimanche le seul chiffre communiqué par cette institution est celui du taux de participation. Au départ estimé entre 60 et 65% par le président  de la CENI, M. AYASSOR Tchambakou le soir de l’élection, ce chiffre fut ramené à 50,5% des suffrages le lendemain, ce qui fait de lui l’un des plus faible taux de participation à des élections des dernières décennies au Togo.


Ce retard pris dans la publication des résultats provisoire, laisse la porte ouverte à des supputations. En effet, au fur et à mesure que l’attente dure, les nefs s’échauffent. Ce qui se traduit par la guerre des communiqués. L’illustration est la guerre des communiqués que se livre la Coalition des 14 partis de l’opposition (C14) et le Nouvel engagement togolais (NET).


Tout d’abord, c’est la Coordinatrice de la C14, Mme Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON qui a lancé les hostilités en publiant un communiqué ce jour. Dans ce communiqué, l’ancienne rapporteure de la Conférence nationale souveraine et tête de liste de la Coalition dans l’Ogou 1 pointe du doigt plusieurs anomalies qui ont émaillé le scrutin. Elle parle de hold up électoral qui en dehors du parti au pouvoir qui s’est déjà octroyé la majorité des conseillers municipaux de la commune, est le parti de Gerry Ta’ama, le NET. Une accusation qui a fait sortir le NET de ses gonds. Dans un communiqué réponse, le parti du Saint-Cyrien n’est pas allé de main morte. Il a dénoncé « l’absence de règles de courtoisie et de bienséance » de la Coordinatrice de la C14.


« Le NET comprends aisément l’inconfort dans lequel se retrouve la tête de liste de la C14 dans l’Ogou 1 à l’idée qu’un jeune parti comme le nôtre fasse, au pire des cas (selon leurs propres compilations) jeu égal avec un regroupement de partis politique dont la coordinatrice conduit la liste, ou au mieux des cas (selon les chiffres de nos compilations, qui sont d’ailleurs minorées par la CELI et dont nous aussi nous étudions l’éventualité de recours) de bien meilleurs résultats. Le bon sens voudrait plutôt que la coordinatrice de la C14 aille rechercher les raisons de cet échec qui se profile, dans la défection des militants traditionnels de leur regroupement », écrit Gerry Ta’ama dans son communiqué.


Tout en se réservant le droit de porter cet opprobre devant les autorités judiciaires de notre pays, le NET conseille instamment à la coordinatrice de la C14 de rester digne dans la défaite, et de considérer plutôt les résultats provisoires tels que tous les états-majors des partis politiques en disposent, et qui sont tous défavorables aux partis politiques se réclamant de l’opposition, comme une réponse cinglante de nos populations sur la nécessité de changer d’approche politique.


Notons que selon le code électoral, les résultats provisoires doivent publiés 72h après la fermeture des bureaux de vote.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires