Flou dans l’organisation des concours dans la fonction publique : AUSEP demande au gouvernement d’agir



L'Association des Usagers du Service Public togolais a demandé aux gouvernants la prise des décrets d'applications liés au statut général de la fonction publique. C'était par le biais d'un communiqué rendu public ce 19 août par l'association présidée par Kampatibe KARIYARE.
 Partant des circonstances obligeant les gouvernants à publier le processus "précipité" d'adoption du statut général de la fonction publique, qu'elle qualifie de "trouvaille à effet d'apaisement du climat social en ébullition" à l'époque, l'AUSEP a passé en revu le fonctionnement général de l'administration. Entre démotivation, corruption, politisation et lenteur administrative, le climat social a connu une pollution encore plus aggravée de 2013 à nos jours, diminuant ainsi la confiance du citoyen en l'administration.
Pire encore, dit-elle, le conseil supérieur de la fonction publique, outil inclusif regroupant l'administration , les syndicats et les associations des usagers du service public qui devrait assurer la transparence des tâches à savoir la supervision des concours de recrutement, le classement et le contrôle des diplômes inscrits à l'article 16 du nouveau statut général ne sont pas encore mis en application à ce jour.
« Seul le ministère de la fonction publique continue d’organiser et de superviser les concours de recrutement. Les résultats des derniers concours aux ministères de la justice, de l’agriculture et autres en disent  long.  Les agents permanents dont le recrutement est pourtant interdit dans le cadre du processus de réforme aux fins de la maitrise des effectifs et de la masse salariale, sont de plus en plus sollicités », déplore l’association.
Suite à ces constats beaucoup plus négatifs, l'Association des Usagers du Service Public togolais appelle le gouvernement à jouer sa part positive dans la réconciliation de l'administration avec les citoyens en prenant enfin des décrets d'applications du statut général de la fonction publique et la mise en place du conseil supérieur de la fonction publique permettant ainsi un service public au service du public.
Pour rappel, en janvier 2013, un dimanche, que le gouvernement togolais sous la pression des organisations syndicales avait convoqué  une session extraordinaire de l’Assemblée nationale pour adoption du statut général de la fonction publique.
Depuis son adoption, le décret d’application n’est toujours pas encore pris.

Eric KPELLY

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires