Comment les Togolaises abordent-elles leurs premiers rendez vous amoureux ?



Pas facile les premiers rendez-vous amoureux.  Entre la peur et le stress, comment les jeunes togolaises abordent-elles ce premier face à face amoureux, quel endroit  affectionnent-elles, que portent-elles ? Nous leur avons posé la question. Réponse dans ce dossier… 


AVEC LES RESEAUX SOCIAUX DISPARAISENT LES ECHANGES DE LETTRES ET DE FLEURS


Délali se rappelle de son premier rendez-vous galant. Elle avait, dit-elle, entre 13 et 14 ans et le garçon, Alidou avait 15 ans, ils étaient tous dans le même collège.  Elle en classe de 6ème et le garçon était en 5ème. Tout a commencé par ces échanges de lettres. «   D’habitudes pendant la récréation, il  envoyait son ami  me la remettre. C’est une fois arrivée à la maison que je lisais la lettre. A chaque fois j’étais aux anges à la lisant. Ayant pris l’habitude, nous échangions des lettres, mais un jour, comme il connaissait ma maison, il a demandé que je vienne le rencontrer. Rendez-vous fut pris ». Comme le père de Délali était sévère, elle avait peur d’être surprise et donc ils ont choisi une place publique où les gens passaient. « On n’avait pas d’argent pour aller dans un bar ni dans un resto, on était des gamins qui vivaient au village ». A l’heure convenue, à 19h, les deux tourtereaux se sont retrouvés sous le hangar d’un atelier de menuiserie. « Il était là bien avant moi », se rappelle Délali. On s’est salué poursuit-elle. Ensuite, il m’a dit comme il me l’écrivait dans des lettres, il éprouvait un sentiment pour moi et veut que nous soyons des amis. Je lui ai répondu qu’il n’y a pas de problème et que je vais y réfléchir et lui donner la suite dans une lettre. « Mais comme à son habitude, il n’était pas venu seul le jour là, il était encore venu avec une autre lettre dans laquelle il a dessiné une fleur et m’a remis. Arrivée à la maison, il faut cacher cela aux parents et à grandes sœurs pour la lire ».


J’AI BROSSE MES DENTS A DEUX REPRISES ET MIS DU PARFUM


Pour Daniella, son premier rendez-vous, elle l’a eu quand elle était en classe de 4ème au CEG Kouvahey. Le garçon qui, devrait la dépasser d’au moins 5 ans, était un camarade de ses sœurs qui faisaient la seconde. Il venait à la maison étudier avec ses sœurs. Un jour, il l’a aidé à résoudre un exercice et le contact est né.


« Un après-midi, il a appelé sur le téléphone fixe de la maison et a  demandé d’après moi, personne n’a su que c’était lui. Et on s’est donné rendez-vous, le premier chez lui ». Ce jour-là j’ai soigné ma toilette, j’ai brossé les dents deux fois, j’ai mis le parfum. Par prévision  j’ai porté pantalon pour qu’il ne puisse pas faire quelque-chose et mis une chemise ; disons que j’étais sexy, nous raconte Danielle avant de poursuivre qu’arrivé chez le gars, elle a remarqué qu’il a dressé le lit propre, nettoyé la chambre propre, il a mis le parfum dans la chambre ; mais on n’est pas rentré dans la chambre immédiatement, « il m’avait accueilli sur la véranda où il m’a apporté à boire et des biscuits. Ce n’est qu’après qu’il m’a dit de venir voir sa chambre. Je suis allée, assise dans un fauteuil, on causait de tout et de rien. Quand mon heure a sonné je suis partie. Ce jour-là il m’a offert un jeans pantalon blanc et une chaine et m’a demandé de les porter », se rappelle encore Daniella. 



JE TROUVERAI QUAND MEME UN MOYEN POUR LE RENCONTRER


Pour Séna c’est tout une autre histoire. Sa maman restauratrice, c’est en servant dans le restaurant qu’elle a eu son premier rendez-vous. Ce jour-là, un client,  qui ressemblait à son acteur préféré, Vin Diesel, (acteur américain)  l’a séduit dès le premier regard, on dirait un coup de foudre. Sous le charme de ce client pas comme les autres, Séna qui était à la caisse au moment où sa cousine servait le client, bouleversée par ce sentiment qu’il éprouvait à ce client d’un genre particulier, a trouvé une excuse pour aller dans la salle à manger juste pour le contempler. Comme une sorte de communion, heureusement que le client l’a abordé et rendez vous fut pris sur l’après-midi. 


« C’est la première fois que je dois honorer un rendez-vous », nous avoua-t-elle avant de continuer  que le monsieur  était dans la trentaine alors qu’elle n’avait pas encore atteint la majorité. « Je ne savais pas s’il fallait y aller ou pas, alors j’ai  demandé conseil auprès de ma cousine qui m’a encouragé. Il faut dire que si elle ne l’avait pas fait je trouverai quand même un moyen d’y aller car le désir de rencontrer ce mec si charmant était si fort », confie la jeune demoiselle.


Finalement, Séna s’est rendue dans l’après-midi à ce rendez-vous. A l’époque, le téléphone portable était un luxe, elle faisait l’aller-retour sur la rue indiquée quand subitement le monsieur est sorti derrière elle et l’a raccompagné jusqu’à la maison.


« Dans la chambre tout est ordonné et propre. Ce jour-là, il était enrhumé ce qui habituellement m’amenait à voir du dégoût à toute personne enrhumée mais curieusement pour lui ce n’était pas le cas. Je trouvais même qu’il se mouchait bien même », raconte Séna.


Une fois dans la chambre il s’est présenté et m’a dit qu’il était en congé de travail et qu’il voulait qu’on soit amis. Je n’avais pas trouvé d’objection. Mais je ne l’ai pas fait savoir. On a discuté plusieurs heures durant et j'ai pris congé de lui à la tombée de la nuit. 


LUI FAIRE VOIR UNE BELLE VUE DE MA FORME


Pour Solange, son histoire n’est pas trop différente de celle de son prédécesseur.  C’est de façon fortuite que j’ai rencontré le mec de mon premier rendez vous, nous confie-t-elle. A l’époque, pendant les vacances, elle était tenancière dans la boutique de son grand-père qui fermait tard, autour de 22h. C’est ainsi qu’une nuit un accident c’était produit en face du bar. « Curieuse j’y étais aussi allée pour observer la scène. C’est de là qu’un jeune d’âge compris entre 22 et 23 ans alors que moi je n’avais que 16 ans m’a abordé. On s’est parlé brièvement et échangé de  numéros ». Par la suite, les échanges se sont poursuivis sur watsapp et le premier rendez-vous était fixé devant l’atelier de son grand frère coiffeur.  « Le jour du rendez-vous, j’étais bien habillée en jupe mini bleu  avec un T Shirt très fine laissant voir légèrement une belle vue de ma forme et sur ma nouvelle moto Haouju ,bien coiffée et bien parfumé », se rappelle Solange.


Daniella cité plus haut, estime qu’au premier rendez-vous, on éprouve un sentiment de peur mélangée à de  la joie, le cœur bat un peu plus vite, mais il y a aussi  la crainte de faire certains gestes gauches. Alors que Délali avoue qu’elle avait eu un sentiment  de peur et  de frissons à tel point que son mec l’a remarqué et lui a posé la question en la prenant dans ses mains mais elle a nié d’avoir peur.  


Toutes les personnes rencontrées ont affirmé qu’il n’y a pas eu de sexe au premier rendez-vous, tout au plus de l’embrassade. Ceci est un phénomène culturel  en Afrique car dans la conception africaine une fille qui se livre à un mec au premier rendez-vous est considérée comme frivole.


Si  jadis, le premier rendez-vous est quelque chose de plus stressant, aujourd’hui, grâce aux réseaux sociaux, faire la cour à une fille et la convier à un premier rendez-vous galant ne fait plus couler tellement d’adrénaline. On peut se réfugier derrière son clavier et découvrir l’intimité de l’être désiré avant de le rencontrer.



Francine DZIDULA

E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires