Le sexe, l’autre affaire de la foire « Adjafi »





Se déroulant pendant les vacances, la foire « Adjafi » attire énormément un monde fou constitué à majorité de jeunes. Certains parents aussi y vont avec leursprogénitures soit pour le côté divertissement ou pour des achats. Mais si cette foire dont on dit qu’elle est une foire de promotion des jeunes entrepreneurs doit se transformer en lieu de dépravation des mœurs, il y a lieu d’arrêter l’hémorragie en repensant l’organisation avant qu’il ne soit tard.


Tous ceux qui ont visité le site de la foire « Adjafi » ces derniers années ont dû certainement le constater qu’il y a beaucoup de laisser aller. La discipline qui y régnait à ses débuts qui, faisait qu’on pouvait rappeler à l’ordre les exposants qui ne respectaient pas la charte de bonne conduite a disparu.


 Ainsi il n’est pas rare de voire sur le site des mineurs en train de fumer la cigarette ou la shisha. On dirait que cette rencontre foraine est un festival de qui va fumer plus la shisha. Passons !


Mais ce qui est plus grave et qui choque plus d’un est la banalisation du sexe sur l’espace de la foire. 


Au milieu de la nuit, les espaces alentours, notamment les espaces réservés au parking des voitures et les lieux sombres sont transformés en baisodromes.

Profitant de la pénombre de la nuit, certains exposants n’hésitent pas à se livrer au sexe en plein air dans la cour du lycée (qui jouxte le site) au vue et au su de tous les regards, à tel enseigne qu’on ne pouvait pas douter que les organisateurs ne soient informés. Ces derniers jours si vous aventurez dans les parages du site, il est fort probable que vous tombiez sur un préservatif déjà utilisé. Et l’on se demande si ce n’est pas pour cet usage que presque chaque soir des préservatifs sont distribués sur le site.


Mais plus grave est la situation qui s’est produite ce samedi sur le site. Le comble de l’indécence a été franchi à la veille de la clôture de la foire. Ce jour-là il sonnait minuit dépassé, à l’heure de DJ Mix. Et c’était le tour de DJ Nalo, le dispositif sur le podium n’a rien à envier à une scène de strip-tease dans une boite de nuit. Sur une musique suggestive deux filles sont venues danser. Elles seront suivies quelques minutes plus tard par deux autres qui n’avaient pour tenue qu’un soutien gorge et un slip string de couleur noire. Au milieu de la danse, machinalement, ces deux filles font glisser chacune le string en mimant des scènes d’une partie de sexe sous le regard hébété de la foule. 


Cris de désapprobation fusent dans la foule. « Le pays est dans l’indécence  », lance un spectateur avant de se retirer alors que d’autres n’hésitent pas à filmer la scène.


Cette scène n’aurait pas autant choqué si nous étions à un endroit autre que le site de la foire dit du jeune entrepreneur. Quel entrepreneur veut-on promouvoir si on se livre à ces scènes de dépravation de mœurs. Il urge que le ministère en charge de la jeunesse qui parraine l’initiative réagisse et recadre les promoteurs de la foire Adjafi.



Francine DZIDULA

E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

1 Commentaires