Les 3 préoccupations du moment de la Ligue des consommateurs du Togo (LCT)



Les récentes pénuries de carburant observées dans le pays préoccupent la Ligue togolaise des consommateurs (LCT). Le sujet a été abordé ce matin par cette association de défense des consommateurs en compagnie de la hausse du prix de l’eau à la pompe et la gratuité de l’enseignement.

La situation de pénurie de carburant semble revenir à la normale mais pour la Ligue il y a lieu de tirer sur la sonnette pour que des solutions pérennes soient trouvées à cette situation qui devient presque récurrente. Et pour y parvenir la Ligue préconise la formalisation de la vente du carburant dit illicite par les revendeurs appelé « boudè ».

La raison qui justifie cette prise position de l’Association de défense des consommateurs est que seulement 40% du territoire national st couvert par les stations services agréées. Si le gouvernement interdit la vente du carburant frelaté, il devrait s’assurer de l’approvisionnement suffisant des points de vente officiel de carburant. Ce qui n’est pas le cas ; le manque de carburant dans ces points de vente il y a quelques jours reste éloquent. Et donc pour Emmanuel SOGADZI, le président de la LCT «  il faut réorganiser le secteur informel des produits pétroliers de telle sorte qu’il y ait des taxes à prélever sur ces produits  afin qu’on ne puisse plus continuer à opprimer ces revendeurs parce ce que c’est leurs activités commerciales », préconise-t-il.
L’autre sujet abordé au cours de cette rencontre avec la presse est l’augmentation du coût de la consommation d’eau de la TdE. Même si la société de production et de consommation de l’eau, la TdE, parle de remodelage du prix et non d’augmentation, pour la LCT il y a eu bel et bien une augmentation. Il est « très étonnant que la TdE se permette de renforcer la  souffrance de la population en augmentant fortement les tarifs d’eau », a estimé M. SOGADZI qui donne pour exemple un ménage pour qui la facture du mois N-1 est de 7010F CFA à payer qui est passée à 33 300 FCFA le mois suivant. 

C’est pourquoi la LCT demande au gouvernement de rapporter l’arrêté interministériel consacrant la hausse du prix de l’eau.  

S’agissant de la gratuité de l’école, la LCT recommande que la mesure soit étendue aux manuels scolaires dans les établissements publics que privés. Cependant constate-t-elle que le livre « mon cahier de calcul » destiné à soutenir le concept approche par compétence, utilisé pour le CP1 l’année scolaire dernière, n’a pas fait l’objet de distribution pour ceux du CP2 de l’année en cours. Par conséquent, elle invite le gouvernement à produire suffisamment et à mettre à la disposition des écoles et établissements concernés.

Face à toutes ces préoccupations, la LCT invite les autorités surtout le chef de l’Etat à se rappeler de sa promesse du mandat social, « nous voulons que ce mandat social trouve une réalité dans la pratique togolaise », a conclut le président de la LCT.

Francine DZIDULA
E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires