Bavure des militaires sur des forestiers : Le ministre Oladokoun déplore le comportement « inhumain » des militaires





Le 10 octobre dernier, un camion de militaires rempli de produits forestiers qui n’aurait pas voulu obtempérer au contrôle des agents forestiers en faction au poste de contrôle de Davié, environ 30 km de Lomé, a été pris en chasse par ces derniers qui l’ont poursuivit jusqu’aux environs du camp FIR, -puisque c’est de là que viennent les militaires- pour relever l’immatriculation de la voiture. Non contents du comportement des forestiers, dix militaires sont revenus quelques heures plus tard au poste de Davié où ils ont attaqué et blessé quatre forestiers en poste. Un comportement digne des « éléments incontrôlés » qui a suscité de l’indignation non seulement dans le corps des forestiers mais également au sein de la population toute entière.


La semaine dernière, le ministre de l’Environnement, du développement durable et de la protection de la nature, David Wonou OLADOKOUN, a tenu a témoigner sa compassion aux forestiers de Davié. Il a félicité ses éléments qui ont toujours travaillé conformément aux textes en vigueur : « Vous avez de la dignité, vous êtes là pour protéger ce qu’il y a de plus noble : la nature. Soyez-en fiers. Vous devez redoubler dans le travail », a déclaré le ministre à l’intention des forestiers. Il a condamné le comportement inhumain des 10 militaires sur les 4 forestiers au poste de Davié.  


Le ministre a fait taire les rumeurs d’une prochaine opération punitive des militaires sur les forestiers a tenu à les rassurer : « cela n’arrivera plus jamais, ni à Davié, ni dans les autres postes de contrôle du pays », a-t-il dit. Une confiance qui se fonde sur le fait que « le rapport de ce triste événement est transmis à qui de droit, les auteurs et commanditaires seront retrouvés et punis selon la loi de la République togolaise », a indiqué le ministre. 


Le bon sens aurait voulu que ce soit le ministre de la défense ou à défaut le chef d’Etat major des FAT qui fasse cette sortie de condamnation du comportement « d’indiscipliné » de ses éléments. Et comme au Togo quand on annonce l’ouverture d’une enquête c’est la prime pour l’impunité, ces militaires qui n’ont pas agit de leur propre chefs peuvent être assurés de bénéficier d’une impunité. Ce n’est pas la première fois dans ce pays qu’on dit « plus jamais ça ! »



Francine DZIDULA

E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

1 Commentaires

  1. Ni le ministre de la défense,ni le chef d'État major des FAT ne pouvaient s'indigner de l'acte accompli par ces militaires"incontrôlés, les premiers incontrôlés, c'est bien sûr eux,et ça, tous les togolais le savent.

    RépondreSupprimer