Jean-Pierre FABRE:«Des réformes électorales et politiques [s’imposent] avant la présidentielle de 2020 »



Le deuxième congrès ordinaire de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), le principal parti de l’opposition togolaise, s’est ouvert ce vendredi à Lomé, où l’ombre d’aucun doute ne plane sur la candidature du chef de ce parti, Jean-Pierre FABRE, à l’élection présidentielle de l’année prochaine.  « Je suis le candidat naturel de l’ANC », a déclaré à l’ouverture le président de l’ANC coupant court à tout suspense. 

Coïncidence d’agenda, le congrès de l’ANC se tient à quelques mois de l’élection présidentielle. Les débats qui dureront deux jours seront focalisés sur ce scrutin. Et déjà, le chef du parti ne veut plus perdre le temps sur « la stratégie électorale », car selon lui  la candidature unique n’est pas « une panacée », ce qui  « compte aujourd’hui c’est la lutte pour l’obtention des réformes visant l’amélioration du cadre électoral dans l’unité d’action », a-t-il indiqué.

Une unité d’action qui s’avère nécessaire pour obtenir des « réformes électorales et politiques  [s’imposent] avant ce scrutin qui requiert un cadre électoral transparent et non discriminatoire purgé de dispositions anti-démocratiques et d’exclusion », a souligné le Maire de Golfe 4 dans son adresse.

« Une stratégie électorale si lumineuse soit-elle, n’est valable et efficace que si elle est partagée par tous ceux qui sont censés en assurer le succès », a encore déclaré M. FABRE qui ne doute un seul instant que les populations togolaises lui accorderont leurs suffrages pour sa troisième participation à une élection présidentielle.  

« Crédité de l’adhésion massive et du soutien des Togolais, nous demeurons serein et confiant, persuader du caractère inéluctable de la victoire de l’alternance et du changement en 2020 », a indiqué M. FABRE. 

Mais pour ce scrutin, le président de l’ANC dit non à un quatrième mandat de l’actuel chef de l’Etat. « Le chef de l’Etat-Faure GNASSINGBE- qui aura accompli en 2020 son troisième mandat ne peut plus briquer un 4ème sans créer un climat de tension sociopolitique et d’insécurité pour les populations », dit-il.

Le congrès est aussi l’occasion pour cette formation de dresser le bilan de 9 années d’existence. Devant des militants et des représentants des parts amis, Jean-Pierre FABRE soulignera que le contexte dans lequel « l’ANC a conduit ses activités durant cette période [9ans] toujours rendue difficile par le pouvoir RPT-UNIR s’est trouvée davantage compliquée du fait des velléités de plus en plus marquées de voir l’ANC disparaitre de l’échiquier politique national. Nous sommes toujours la cible à abattre, nous n’avons jamais de répit(…). Les coups viennent de partout, de tous les côtés, aussi de nos seuls adversaires politiques, du parti  au pouvoir que de notre propre camp. Nous sommes autant censés mener le même combat dans une dynamique d’action visant essentiellement l’alternance et le changement auxquels aspire le peuple togolais », a-t-il martelé en faisant certainement allusion à des critiques les plus acerbes qu’est l’objet ces derniers temps le parti.

Les partis ou coalition de partis amis tels C14, ADDI, MPDD, …ont marqué leur présence à l’ouverture du congrès en signe de solidarité et d’amitié à l’ANC.

Francine DZIDULA
E-Mail : togoscoop@gmail.com


Enregistrer un commentaire

0 Commentaires