Bilan de 30 ans d'existence de la CDE et 10 ans de la protection de remplacement





La Convention des Nations Unies relative aux Droits de l'Enfant (CDE) est adoptée le 20 novembre 1989 pour apporter la notion de responsabilité des Etats et des familles à l'égard des enfants. A l'occasion des 30 ans de cette Convention et des 10 ans de la protection de remplacement, le ministère de l'Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l'Alphabétisation, a dressé autour d'une table ronde ce mardi 19 novembre à Lomé, un bilan national de sa mise en œuvre par tous les acteurs et promouvoir les lignes directrices d'une prise en charge de qualité de tous les enfants du Togo.
 
Autour d'une table ronde à la veille de l'anniversaire de deux événements majeurs à savoir 30 ans de la Convention relative aux droits des enfants (CDE) et 10 ans des lignes directrices des Nations Unies sur la protection de remplacement, le gouvernement à travers tous les acteurs ( UNICEF, Plan International Togo, SOS Villages d'enfants Togo) a présenté un bilan de la mise en œuvre des deux instruments internationaux qui assurent le bien être des enfants. L'objectif est de capitaliser les progrès réalisés afin de promouvoir les lignes directrices de la prise en charge de remplacement en vue d'une prise en charge de qualité de tous les enfants du Togo.

Après la ratification de la CDE, 1er août 1990, le gouvernement a entrepris une vaste réforme du cadre juridique national relatif aux droits et à la protection de l'enfant. En 2004, le Togo a ratifié la convention contre la criminalité transnationale organisée et le protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène les enfants. En 2009, une ligne verte anonyme et gratuite a été mise en place pour la protection des enfants en danger. Elle a été renforcée en 2011 par la création d'un centre de référence, d'orientation et de prise en charge des enfants en situation difficile.

« De part ce bilan, le Togo peut se réjouir d'avoir l'un des systèmes les plus performants de la protection de l'enfant en Afrique, reconnu sur le plan international par le comité de Genève, et au niveau continental, par l'Union africaine, en 2011 puis en 2013. Loin de rester inactif, nous devons redoubler d'efforts pour relever d'autres défis », a déclaré Mme Tchabinandi Yentchare KOLANI ministre de l'Action Sociale, de la promotion de la femme et de l'Alphabétisation.

Selon Mme Tchabinandi la présente table ronde doit être une occasion d'analyse concertée de l'ensemble de ces défis. Proposés des éléments judicieux pouvant permettre au Togo d'améliorer substantiellement son système de protection des enfants.

Rappelons qu'après le bilan, deux panels ont eu lieu. Le premier a été consacré à la présentation des lignes directrices et à la réponse apportée par l'Etat togolais en la matière. Le second a abordé les actions qui ont été menées par les différents acteurs de terrain dans le cadre de la mise en œuvre des lignes directrices pour la protection de remplacement. L'accord général des gouvernements au bien fondé et à l'intérêt de porter une attention particulière aux enfants privés de prise en charge parentale sur les lignes directrices relatives à la protection de remplacement pour les enfants par l'Assemblée Générale des Nations Unies a été signé le 20 novembre 2009.

Marc Y. GNAZOU
E-Mail : togoscoop@gmail.com

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires