INTERVIEW de David GNAHOUI, Jeune Parlementaire du Bénin « Les jeunes parlementaires sont des juniors de parlementaires et travaillent sur les questions de droits des jeunes, des femmes et des enfants »




David GNAHOUI est un jeune leader, activiste et facilitateur en défense et protection des droits des enfants, des  jeunes et des femmes. Jeune parlementaire du Bénin, deuxième mandature et rapporteur de commission, David 22 ans est diplômé en journalisme et multimédia.  Nous l’avons rencontré au Sommet de Nairobi sur la CIPD et la pertinence de ses interventions a retenu notre attention. Son travail de Jeune Parlementaire consiste à faire la promotion et la vulgarisation des textes de lois, mener des actions de plaidoyer envers les autorités en vue de  l’application effective des textes favorables aux  des jeunes. 

Togoscoop : C'est quoi le Parlement des jeunes du Bénin (PJB) ?

David GNAHOUI : Les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’espace francophone en 1999 au sommet de Moncton (Canada) ont décidé de créer le Parlement Francophone des Jeunes et de confier sa mise en œuvre à l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie avec le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie. Le Bénin a créé son Parlement des Jeunes (PJB), le 1er Septembre 2014 suite à la décision n°2014-15/AN/PT/SGA/CCIP du Président de l’Assemblée Nationale portant création de ladite institution. Étant une organisation publique de jeunesse, le PJB du Bénin a des membres venant de différentes associations béninoises de jeunesse et ayant entre 18 et 23 ans. Les membres du PJB sont 85 viennent des douze (12) départements du pays à l'issue d'un concours national pour un mandat de trois ans appelé mandature. 

Togoscoop : Quels sont les objectifs du Parlement des Jeunes ?

David GNAHOUI : Le PJB vise onze (11) objectifs  parmi lesquels on peut citer ceux visant à : Impliquer les jeunes dans la mise en œuvre de toute législation nationale ou internationale concernant les jeunes et de la convention de lutte contre les violences faites aux femmes ; Sensibiliser les jeunes, les parents, les pouvoirs publics et les leaders d’opinions sur les droits des jeunes ; Impliquer les jeunes dans la vulgarisation, les plaidoyers et la mise en œuvre des conventions et lois relatives aux droits des enfants et des jeunes, Développer la formation civique en initiant les jeunes à l’activité parlementaire. 

Le but derrière ces objectifs, est de répondre convenablement aux besoins des enfants, jeunes et femmes à travers un suivi rigoureux des textes qui protègent la jeunesse et la proposition de textes favorables aux droits des jeunes. 

Togoscoop : Comment fonctionne ce Parlement des Jeunes ?

David GNAHOUI : Cette organisation fonctionne comme l'Assemblée Nationale du Bénin. Elle a un bureau parlementaire et cinq commissions techniques parmi lesquelles la commission de l'éducation, culture, affaires sociales et des Technologies de l'information et de la Communication et la commission des lois qui s'occupe des questions de la santé de reproduction, des mariages d'enfants, mutilations génitales des Violences faites aux femmes sans oublier la Commission des lois qui elle examine toute les questions normatives.


Togoscoop : Quels sont les résultats du Parlement des Jeunes du Bénin?

David GNAHOUI : Le Parlement des Jeunes du Bénin est membre du Parlement Francophone des Jeunes et étant une organisation publique de jeunesse, la facilité de faire des débats autour des questions des jeunes à l'Assemblée Nationale est désormais une réalité. Nous avons une un lien direct avec l'Assemblée Nationale qui fait les lois ce qui fait que le PJB a pour rôle essentiel, l'appropriation des textes de lois, leur vulgarisation pour toutes les classes et les actions de plaidoyer envers les autorités pour la mise en application effective des textes favorables aux  des jeunes. Depuis sa création, le PJB a menée plusieurs activités de plaidoyer. Des plaidoyers au niveau communautaire pour réclamer les droits des enfants, des jeunes et des femmes. Nous avons mené des activités de plaidoyer envers les maires de 8 communes en vue de les amener à insérer une ligne "Santé Reproductive" dans les plans de développement communaux. 

Le PJB a de 2018 à 2019 a mené des activités de plaidoyer envers les autorités communales du Bénin notamment ceux des communes de Natitingou, de Savalou, de Bantè, de Matéri, de N'dali, Kalalé et envers les préfets des départements du Borgou et des Collines au Bénin en 2019 dans en vue d’obtenir un engagement politique et communautaire dans la lutte contre les Mariages d’Enfants et  pour la promotion de la santé reproductive des adolescents et jeunes dans les zones rouge. Actuellement le PJB a un plaidoyer sur la table des autorités gouvernementales pour l'obtention d'un décret d'application de de certains articles de la lois 2003 sur la santé sexuelle et de la reproduction en République du Bénin qui a besoin d'application.

De plus, le PJB a une procédure encore pour la proposition d'une loi portant code de la santé sexuelle et reproductive en République du Bénin afin de finir avec les limites et les insuffisances juridiques en matière de santé sexuelle et reproductive au Bénin. Nous faisons de la protection des droits des enfants notre priorité. Nous luttons pour la participation citoyenne des jeunes et des femmes dans les choses politiques car on ne peut faire le bonheur de quelqu'un sans demander son avis.

Togoscoop : Quelle est la relation entre le Parlement des Jeunes du Bénin et  l'Assemblée Nationale du Bénin? 

David GNAHOUI : L’Assemblée Nationale est garant de la vie du Parlement des Jeunes du Bénin. L'objectif de la création de cette institution de jeunesse est d'initier les jeunes à l'activité parlementaire, de mettre les jeunes dans les processus de rédaction et de vote des lois, de préparer la relève parlementaire, intellectuelle du pays. Ainsi, les Jeunes Parlementaires sont les juniors des Parlementaires et donc s'occupent des questions des droits des femmes, des jeunes et des enfants sans distinction. Il est important de souligner que le PJB a la capacité de soumettre à l'Assemblée des avant-projets de lois qui sont en retour étudiés et votés en plénière par les députés dans le respect des procédures parlementaires. Le siège du PJB est à  l'Assemblée Nationale du Bénin et le fonctionnement des deux institutions reste identique.

Togoscoop : Vous avez pris part à la Pré-conférence de la CIPD 25. Qu’est ce qui s’est passé à la?

David GNAHOUI : Les 10 et 11 Novembre 2019, nous étions à une importante rencontre entre leaders d’organisations de jeunesses venues de tous les continents. En effet, ce  pré-sommet avait pour objectif d'outiller les jeunes sur les techniques de plaidoyer à l'international et sur les aptitudes nécessaires à avoir pour au cours du sommet afin de faire passer le message des jeunes de nos différents pays sans difficultés. Vu que nous étions à la veille du grand Sommet de Nairobi sur la CIPD, nous sommes appropriés le contenu du programme d'action de la CIPD, son importance et ses piliers que sont : la dignité et les droits des Hommes, de la santé,  des emplacements ou la mobilité (Migration et droit à la mobilité), de la Gouvernance et Redevabilité et la durabilité

Togoscoop : Quelle est alors l’importance de la CIPD pour vous ?
David GNAHOUI : La CIPD pour moi est une machine pour la promotion et le bien-être des enfants, jeunes et femmes. Elle est importante parce qu’elle facilite la compréhension sexuelle et l’éducation, la distribution de la Population (Migration), l’accès aux services aux droits Sexuels et Reproductifs, l’égalité genre (autonomisation de la femme), l’insertion des personnes vulnérables et marginalisées, l’accès à l’avortement sûr et sans risque, la responsabilisation des hommes et  la participation des jeunes et des femmes. 
Togoscoop : Quelle est votre mot à l’endroit des jeunes qui vous lisent?

David GNAHOUI : La jeunesse est un fer de lance du développement de les toutes actions et vu  la place qu’occupe la jeunesse dans le Plan d’Action de la CIPD, il faut travailler pour une forte implication des jeunes, multiplier des actions en leur faveur et amener nos gouvernants à respecter les promesses faites pour le plein épanouissement des jeunes et femmes.

Propos recueillis par notre envoyé spécial à Nairobi Hubert LOGAN
E-Mail : togoscoop@gmail.com
Pour vos reportages, annonces et publicité contacter le service commercial de votre site Togoscoop au Tél : (00228) 99 56 57 88

Enregistrer un commentaire

2 Commentaires

  1. Super ravis de savoir que cette rédaction va au delà des frontières togolaises. C'est vraiment important de nos jours.

    RépondreSupprimer