« Nous sommes prêts à aller à la désobéissance civile si… », dixit Professeur David DOSSEH




A l’appel du Front citoyen « Togo débout », une poignée de personnes estimée entre 2.000 et 3000 manifestants ont défilé cet après-midi dans le quartier Bè, à Lomé, quartier considéré comme fief de l’opposition togolaise, dans le calme. Cette marche annonce la reprise des manifestations de contestation du régime de Faure Gnassingbé qui avaient connu son point culminant au cours de l’année 2017. Au moment où ces manifestants étaient dans la rue, ils étaient régulièrement survolés par un hélicoptère et des forces de sécurité qui les filmaient.


Dans son adresse à la fin de la marche, le Porte-parole du Front citoyen « Togo debout », le professeur David Ekoué DOSSEH a une fois encore appelé à la mobilisation de la population pour l’alternance en 2020 et pour des élections transparentes dans le pays. 



« Notre constitution nous donne le droit de résister et elle nous donne aussi des moyens de dire non à tout ce qui est contraire au bien du peuple. Nous sommes prêts à aller à désobéissance civile si d’ici les semaines à venir le Gouvernement ne donne aucun signe de prise en compte de nos revendications », a déclaré le professeur David Ekoué DOSSEH sur le podium.

L’heure n’est plus à un attentisme, a-t-il poursuivit, l’heure est de sauver toute la nation toute entière sans violence mais de façon déterminée. « Nous devons rester mobilisés et s’il le faut rester aussi longtemps dans la rue pour nous faire entendre. C’est pourquoi nous demandons à tous les citoyens regroupés dans les syndicats, les partis politiques ou autres organisations de s’organiser pour la résistance pacifique en vue de défendre les revendications du peuple. La victoire est proche et dépend de notre détermination ».



« En raison de l’atmosphère qui est particulièrement électrique, en raison de la tension qui augmente et pour éviter que 2020 ne ressemble à 2005, il est important que la société civile s’engage résolument pour que les conditions s’améliorent afin que le prochain processus soit vraiment un processus électoral apaisé », a-t-il indiqué en estimant lorsqu’on annonce qu’on a une grande popularité on ne doit pas craindre des élections fiables, honnêtes et transparentes.



Reconnaissant la faible mobilisation pour cette reprise des marches au Togo depuis un an, le Professeur a émis le vœu que les prochaines manifestations vont être mieux préparées, il y aura de la sensibilisation.






Francine DZIDULA

E-Mail : togoscoop@gmail.com

Pour vos reportages, annonces et publicité contacter le service commercial de votre site Togoscoop au Tél : (00228) 99 56 57 88

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires