Qu’apportent réellement les mémorandums de FABRE au peuple togolais ?



En séjour au Togo dans le cadre d’une mission de bons offices dans la perspective de l’organisation de la prochaine présidentielle, une délégation conjointe ONU-CEDEAO rencontre depuis hier les acteurs politiques togolais. Conduite par le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’ouest et le Sahel, Dr Mohamed Ibn Chambas et comprenant notamment le Général Béhanzin, le représentant le président de la Commission de la CEDEAO, la délégation a échangé hier avec la présidente de l’Assemblée nationale, Mme Yawa Dzigbodzi TSEGAN et le chef du principal parti de l’opposition, Jean-Pierre FABRE.

Au cours de cet entretien, le président de l’ANC a soumis, selon le communiqué du parti, un « mémorandum pour l’amélioration du cadre électoral au Togo » avant l’élection de 2020.

Ce document comprend : le recensement électoral pour un fichier transparent ; la participation équitable de l’opposition représentative à la CENI et ses démembrements ; la recomposition de la Cour constitutionnelle ; l’authentification du bulletin de vote ; la publication des résultats de vote par bureau de vote…

La question qui se pose est de savoir que va apporter ce énième mémorandum de l’ANC à quelques mois de la présidentielle. On sait que le parti de Jean-Pierre FABRE est coutumier des mémorandums. A chaque élection et même sur certains sujets brulants d’actualité, l’ANC a toujours adressé des mémorandums. On peut citer la dernière présidentielle parmi tant d’autres. 

Même lors de son dernier séjour en Occident à la veille du 2ème Congrès ordinaire, Jean-Pierre FABRE, a remis des mémorandums aux partenaires techniques et financiers du Togo.

Mais le Togolais lambda ne voit l’aboutissement de ces différents mémorandums.
A ces critiques, des sources proches du « parti orange » répondent que si aujourd’hui on a une évolution du code électoral et divers textes de la République, c’est grâce à ces différents mémorandums.

Notons que selon une disposition communautaire ouest africain, il est interdit de modifier les règles de jeu sans consensus de la classe politique.

Francine DZIDULA
E-Mail : togoscoop@gmail.com  

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires