Voici les armes avec lesquelles les « insurgés » voulaient renverser les institutions de la République




Comme dans une pièce de théâtre mal ficelée, le directeur de la police nationale, le lieutenant-colonel Yaovi  OKPAOUL, a présenté cette mi-journée, à la Direction générale de la police nationale, 18 individus, auregard hagard, qui ne comprenaient presque rien de ce qui leur arrivait. Ils font partie, selon l’officier, du groupe de personnes responsables de la tentative d’insurrection qui devrait avoir lieu le 23 novembre dernier.


Machettes, frondes, lances, flèches …sont les armes qui devraient servir au renversement des institutions de la République. Un argument ubuesque qui a fait souri plus d'un journalistes présents à cette présentation. Sans avoir été dans une école de guerre, on peut,  sans risque de se tromper qu’on ne peut pas renverser des institutions de la République avec de telles armes. Et surtout pas au Togo, l’un des régimes fortement militarisés de la sous région.


« On a trouvé 86 machettes dans une perquisition chez un seul individu, les frondes avec les projectiles qui sont fabriqués en fer, des lances, des flèches qui sont traditionnellement empoisonnés », égrène l’officier qui, certainement  doutait  qu’il n’arrivait pas à convaincre et alors il martèle « il faut voir la dangerosité de ces petits canifs qui étaient préparés par centaine. Lorsqu’ils vous croisent et que vous ne voulez pas obtempérer, ils vous l’enfoncent dans l’abdomen ».



A en croire, le Directeur général de la police, au moins 250 personnes se sont régulièrement engagés dans le mouvement diabolique mais une centaine ont participé. Remarquez que 250 est le nombre maximum de personnes qu’il faut avoir dans un groupe watsapp. En effet, les personnes interpellées faisaient partie d’un groupe watsapp, nommé « Tigre révolution » né il moins d’un an à l’initiative d’un certain Madjidou TOURE, alias « Master Tiger », togolais résident en Belgique. Le mouvement qui a des ramifications dans les villes de Sokodé, Anié, Tchamba et Lomé tiennent des réunions discrètes au domicile du nommé Awali, le N°2 du groupe. Au cours de ces réunions, les nouveaux membres doivent jurer sur le coran de ne jamais trahir.


 Avant de lancer la « révolution nationale », des préparations mystiques ont été faites au groupe par deux marabouts pour leur assurer la protection spirituelle. 


Même scénario joué par d’autres acteurs…


« Il faut comprendre que c’est une réalité, il ne faut pas plaisanter avec des gens que vous voyez s’organiser autour de vous avec ce matériel. Ça peut partir de coupe-coupe, de machettes, mais c’est facile lorsqu’on surprend un élément des forces de sécurité, ils sont d’une dangerosité réelle », insiste  OKPAOUL qui tente de faire un rapprochement entre ses « insurgés » et le parti de Tikpi ATCHADAM. « Certains ont dit qu’ils ont été recrutés au cours des réunions du parti PNP, je dis que c’est une aile dure », note-t-il. 



Au sujet des armes disparues,   OKPAOUL souligne qu’ils poursuivent les recherches pour les retrouver. « Lorsqu’on nous allons découvrir une arme dans un domicile, ceux-ci ne peuvent pas justifier qu’ils n’avaient pas connaissance de cette arme, donc il faut les sortir et nous faire appel », fulmine l’officier avant de lancer une mise en garde «On ne se laissera pas faire par ce mouvement qui pense qu’ils peuvent accéder au pouvoir par une révolution. C’est clair. Ça ne sert à rien, ils ont été aussi loin cette fois-ci, ils n’iront pas plus loin que ça ». 


A noter qu’il y a une similitude entre cette présentation du corps du délit des présumés auteurs avec celle de l’incendie du grand marché il y a quelques années. Seuls les acteurs ont changé mais c’est le même scénario joué par d’autres acteurs puisque ici l’ANC, la bête noire de l’époque qu’on voulait décapiter, a été remplacée cette fois-ci par le PNP. 



Pour rappel, cette attaque, selon le bilan humain dressé par  la police a fait 1 gendarme décédé des suites de ses blessures, 3 gendarmes grièvement blessés et un policier blessé par balle. Sur le plan matériel 5 Kalachnikovs garnis emportés dont 1 retrouvé, 1 camion remorque brûlé, 3 véhicules endommagés…



Francine DZIDULA

E-Mail : togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop

Enregistrer un commentaire

1 Commentaires

  1. Votre style, bien que soutenu, revêt une clarté indiscutable. Vos phrases, dans le fin fond de leur essence, ressuscite, par la force des mots bien choisis, toute la vie d'une histoire, que le temps aurait tuée. Avec vous, on peut ignorer le passé, car il revit dans le présent,nonobstant le sujet sur lequel vous décidez de tabler.

    Félicitations et bon courage

    RépondreSupprimer