Coronavirus : l’OMS qualifie l’épidémie « d’urgence de santé publique de portée internationale »



Le bilan de l’épidémie de pneumonie virale s’est alourdi à 170 morts, jeudi, en Chine, alors que la France s’apprête à évacuer ses ressortissants de Wuhan. 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié, jeudi 30 janvier,  l’épidémie de coronavirus 2019-nCov, apparue dans la ville de Wuhan, en Chine, « d’urgence de santé publique de portée internationale ». Le bilan de l’épidémie de pneumonie virale s’est alourdi à 170 morts jeudi en Chine, après un bond sans précédent du nombre quotidien de décès, et la France s’apprête, dans le sillage des Américains et des Japonais, à évacuer ses ressortissants de Wuhan, ville coupée du monde depuis une semaine.

« Notre plus grande préoccupation est la possibilité que le virus se propage dans des pays dont les systèmes de santé sont plus faibles (…). Il ne s’agit pas d’un vote de défiance à l’égard de la Chine », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Dans le même temps, le directeur a estimé qu’il n’y avait pas lieu de limiter les voyages et les échanges commerciaux avec la Chine. « L’OMS ne recommande pas de restreindre les voyages, les échanges commerciaux et les mouvements [de population], et s’oppose même à toute restriction aux voyages », a-t-il déclaré.

170 morts du coronavirus au 30 janvier 2020

Les autorités chinoises ont fait état jeudi de 38 décès durant les dernières vingt-quatre heures, ce qui constitue la plus forte progression quotidienne depuis le début de l’épidémie en décembre, portant le bilan à 170 morts. Par ailleurs, un sixième cas d’infection au coronavirus a été détecté, jeudi, en France : il s’agit d’un médecin qui a été contaminé dans l’Hexagone par une personne ensuite rentrée en Asie, où elle a déclaré la maladie, a indiqué le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, lors d’une conférence de presse.

Quelque deux cents Français doivent également arriver de Wuhan, vendredi matin, et seront mis à l’isolement pendant quatorze jours dans un centre de vacances à Carry-le-Rouet, près de Marseille (Bouches-du-Rhône). « Ils pourront sortir dehors, dans l’enceinte du centre », a déclaré le préfet de la région PACA, Pierre Dartout, lors d’une conférence de presse, précisant qu’alors « ils prendront les équipements nécessaires pour se protéger et protéger les autres, par exemple des masques ».

Nombre de patients plus important que le SRAS

Le nombre de patients contaminés a grimpé à environ 7 700 en Chine continentale (hors Hongkong), dépassant désormais largement celui (5 327) de personnes infectées par le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2002-2003.

Wuhan, métropole du centre de la Chine d’où est partie l’épidémie, est coupé du monde depuis une semaine, comme la quasi-totalité de la province environnante du Hubei. Alors que ce cordon sanitaire imposé le 23 février interdit à quelque 56 millions d’habitants de quitter la région, les Etats-Unis et le Japon ont évacué mercredi une partie de leurs ressortissants. Un deuxième avion américain est attendu dans les prochains jours.

C’est à présent au tour de Paris : un premier avion français est parti dans la nuit de mercredi à jeudi à destination de Wuhan, selon des sources concordantes. Selon une source proche du dossier, l’avion devrait revenir vendredi avec 250 personnes, mais l’aéroport d’arrivée, l’horaire et le lieu de la quarantaine de quatorze jours ne sont pas encore définis et évolueront « en fonction de la situation sur place ». Un second vol est prévu « plus tard dans la semaine », selon la Commission européenne, pour rapatrier d’autres Français et des ressortissants d’autres pays européens.

Source : Le Monde
E-Mail : togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires