A Kparatao : la Population n’a pas le cœur au vote




A Kparatao, environ 7 km à l’est de Sokodé, village natal de l’opposant de Tikpi ATCHADAM qui vit depuis près de deux ans en exil, ce samedi est aussi jour de vote. Mais la population n’a pas le cœur au vote. Entre peur et  méfiance,  difficile de s’exprimer. Quand vous posez une question liée à la situation politique vous pouvez en être sûr que vous n’obtiendrez pas de réponse. Entre la ronde régulière des véhicules des militaires et la pression des cadres de la localité, Kparatao est entre résignation et terreur.  Après quelques hésitations, un jeune lâche « je ne veux pas parler. Aujourd’hui, on a la paix, c’est l’essentiel ».

A quelques mètres de là, le lycée du canton, une vieille bâtisse,  a en son sein trois BV. Les délégués de l’opposition y sont présents. Le sont-ils vraiment. Rien n’est moins sûr. Car quand vous leur posez la question. Ils vous donnent leur nom de leur parti après hésitation. Ils ne connaissent pas le nom du représentant du pays dans le canton, ni son contact. 

 

La veille du scrutin, les cadres du quartier, du moins certains sont descendus au village. Ils sont dans la cour. Leur seule présence constitue une menace et une intimidation. C’est auprès d’eux que se règlent les incompréhensions entre membres du BV. En témoigne ce cas où un membre du BV après avoir apporté un mandant  du parti au pouvoir comme son représentant et voté comme tel alors que deux autres personnes se prévalent du même titre, circulent de bureau en bureau. Une situation qui a suscité la réprobation du délégué de l’ANC qui a menacé. Finalement, en présence des cadres du parti, il a déclaré qu’il n’a représentant du parti alors qu’il avait déjà voté.

« Ils veulent coûte coûte faire voter des gens soit disant qu’ils n’ont pas leur carte ici, qu’ils avaient leur carte dans d’autres localités et qu’ils veulent voter ici par procuration. Comme ils veulent voter par force on leur a fait le mandant ou procuration pour pouvoir voter », explique le délégué de l’ANC. 

 

« Je ne comprends pas pourquoi le délégué du PDR aussi affiche cette position alors que lui et nous c’est le même but que nous poursuivons », déclare méduser une délégué d’UNIR.

Pendant ce temps, la rumeur d’achat de conscience circule. Les cadres auraient déjà mis à disposition de tous les délégués une somme d’argent pour service rendu. 

 

Au-delà de tout, c’est une faible affluence qui prévaut dans le centre de vote de Kparatao, « habituellement à cette heure il y a de l’affluence dans les bureaux de vote. Malgré ça les gens veulent encore frauder », souligne un natif du canton.

Ici comme dans toute la préfecture, la population ne s’est pas fait recenser. Et il fort à parier que le taux de participation sera faible.

Notons que la Croix rouge a déployé une équipe de secouriste dans le canton et que des observateurs notamment ceux de l’Ambassade des Etats-Unis, de la Cour constitutionnelle visitent le centre.

Clarisse AFANOU
E-Mail : togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.


Enregistrer un commentaire

0 Commentaires