Discours du chef de l’Etat du 1er avril : La LCT demande des explications



Le 1er avril dernier, dans le cadre des mesures pour endiguer la crise sanitaire née la pandémie du coronavirus, le hef de l’Etat Faure GNASSINGBE a adressé un message au peuple togolais dans lequel il a pris différentes mesures. Au niveau de la Ligue des consommateurs du Togo (LCT) tout en appréciant ces mesures à sa juste valeur, on demande des explications sur certains aspects des mesures. C’est à travers un communiqué rendu public par l’association. Lire l’intégralité du communiqué de la LCT.

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA LIGUE DES CONSOMMATEURS DU TOGO SUITE AUX MESURES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT EN CES PERIODES DE CORONA VIRUS.

Depuis le début de cette crise sanitaire qui constitue pour le monde entier et, particulièrement pour le Togo, un risque accru de crise socio-économique, la Ligue des consommateurs du Togo n’a cessé de marteler et de suggérer des pistes de solutions au gouvernement. Dans la journée du 1er avril 2020, le chef de l'Etat a annoncé, dans un discours, des mesures dites sociales dont les précisions restent non encore élucidées pour les consommateurs. La Ligue des consommateurs du Togo demande des éclaircissements :

v sur l’application de la gratuité des consommations électriques et d’eau pour la tranche sociale surtout pour les maisons de plusieurs ménages avec un seul compteur d’eau ou d’électricité, (il faut préciser que la tranche sociale au niveau de la Cash Power n’existe plus)

v sur les moyens et stratégies par lesquels le programme de transfert vers les populations démunies (il faut une assurance que les fonds iront vraiment aux vrais bénéficiaires),

v les mesures prises en soutien aux entreprises La LCT veut réitérer ses propositions qu'elle estime nécessaires ou susceptibles d’impacter le panier de la ménagère. Il s’agit principalement de :

v La réduction des prix des produits pétroliers à la pompe.

Les produits pétroliers constituent des facteurs moteurs de l’économie. Un mouvement leur concernant impact toujours le pouvoir d’achat ; soit négativement ou positivement selon le sens des tendances.

Il faut aussi savoir au gouvernement que la chute à l’international du prix du baril des produits pétroliers doit impérativement bénéficier aux consommateurs.

v Impacter les frais d’accès aux services de télécommunications et de communications. Le confinement qu’imposent les mesures prévention de cette pandémie aux consommateurs a fait accroitre les besoins en télécommunications. (Les consommateurs ont abandonné les services où il existait de la connexion internet. Pour pouvoir rester connectés, ils sont obligés de se tourner vers l’achat de la data qui demeure cher.

v Subventionner véritablement l’usage du gaz butane. Confinés, plusieurs ménages se tournent vers l’usage du gaz butane dont les frais de consignation des bonbonnes et d’approvisionnement du gaz restent au-delà du pouvoir d’achat.

v Subventionner le prix des denrées alimentaires importées. Le gouvernement doit réquisitionner tous les stocks de riz, de maïs, d’huile de cuisson auprès des opérateurs économique et fixer des prix supportables pour les ménages. Ceci permettra d’éviter les spéculations et les surenchères. Pour le faire, l’autorité fiscale doit prendre des décisions d’exonérer les contribuables de certaines taxes.

Fait à Lomé, le 02 avril 2020

Pour la LCT,

Le Président,
Emmanuel SOGADJI

Publier un commentaire

0 Commentaires