Ultime convocation de KODJO : Ses avocats dénoncent une cabale et un forcing judiciaire




Alors que le candidat de la dynamique KPODZRO Monsieur Gabriel Messan Agbéyomé KODJO, est de nouveau attendu demain à une invitation du  Service central de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC), ex SRI, qualifiée « d’ultime », ces avocats sont montés au créneau ce matin à Lomé pour dénoncer une cabale ourdie contre leur client dans le but de le « sacrifier sur l’autel de l’injustice et de parodie de justice en vue ».


Devant la presse ce matin, les avocats Totékpo-Mawu Kokou Darius ATSOO et Gamadiko Kokouvi Celestin AGBOGAN n’ont pas été du tout tendre. Ils ont démontré point par point pourquoi cette procédure doit est suspendue le temps pour permettre à leur client qui ne veut pas se déroger à la convocation d’y répondre.


Alors que sur la base des éléments de preuve certifiant l’état de santé et le réveil récent d’une pathologie locorégionale de Monsieur KODJO le Procureur de la République a accepté reporter l’invitation du 1er avril 2020 en promettant à l’un des avocats de lui revenir. Malheureusement, le 06 avril 2020, et contre toute attente une nouvelle invitation est notifié à l’ancien Premier ministre à se présenter au SCRIC le jeudi 09 avril 2020 à 09 heures, détaillent les avocats.


A cette date, au moment où l’un des conseils du candidat se trouvait au Parquet pour rencontrer le chef de l’institution, le domicile du candidat a reçu une visite inopinée de la gendarmerie qui débarqua dans les environs immédiats du domicile avec toute une puissante armada de gendarme convoyés de gros camions et de chars.


Le lendemain, le 10 avril 2020, les avocats, ont assigné l’Assemblée nationale d’annuler la décision de levée de l’immunité parlementaire du député KODJO, du fait des multiples violations constatées dans la procédure. Et cette requête a été communiquée au Procureur de la République. 


Le vendredi 17 avril 2020, l’un des conseils reçoit une lettre réponse du Procureur de la République datée de la veille et dans laquelle il est clairement spécifiée : « J’attire votre attention sur le fait que l’action civile entamée n’a aucune incidence sur l’enquête judiciaire en cours, la résolution de l’Assemblée nationale portée levée de l’immunité parlementaire  de votre client n’étant pas rapportée. Je vous informe par conséquent que l’enquête judiciaire ouverte contre Monsieur Gabriel Messan Agbéyomé KODJO suit son cours normal dans le strict respect des règles procédures en vigueur dans notre pays et du principe sacro-saint de la présomption innocence ».


Le même jour Agbéyomé KODJO reçoit une nouvelle convocation dite « ultime invitation ». Or, M. Gabriel Messan KODJO a saisi le tribunal de Première instance de Lomé, pour examiner la régularité de la procédure ayant conduit à la levée de son immunité parlementaire.


Et pour les avocats, dans l’intérêt d’une bonne administration de la justice pénale, le Procureur de la République, devra suspendre à titre provisoire la poursuite enclenchée à l’encontre de leur client, le temps pour le juge qui vieille sur les drois fondamentaux de livrer sa décision.


« Nous demandons la suspension de toute enquête judiciaire entamée sur la base d’une décision contestée et attaquée devant une juridiction indépendante compétente pour rendre une décision à l’issue d’un procès équitable s’impose », a déclaré Me Darius ATSOO. Car selon lui vouloir à tout prix poursuivre la procédure pénale en cours contre leur client sans permettre à la Première instance de statuer sur sa demande en annulation de la résolution de l’Assemblée nationale à lui déférée, procède d’un forcing judiciaire, qui contraste avec toutes les exigences d’un procès équitable, et dont l’objectif est sans nul doute de placer leur client en détention, et ainsi le museler définitivement.


Agbéyomé KODJO candidat malheureux de la dernière présidentielle revendique toujours la victoire à ce scrutin. Il est accusé par le pouvoir de diffamation, de publication de fausse information, et d’attente à la sureté intérieure de l’Etat. Son immunité parlementaire a été levée par l’Assemblée nationale.


Notons que pour éviter le coronavirus, il est recommandé de se laver fréquemment les mains au savon ou avec une solution hydro-alcoolique, éviter les poignées de mains, les accolades et les embrassades.



Clarisse AFANOU
E-Mail : togoscoop@gmail.com
Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Publier un commentaire

0 Commentaires