1 mort et plusieurs blessés dans une explosion à bord d’un navire au large des côtes togolaises


                                                                           Une des victimes de l'accident



Un accident s’est produit le 05 mai dernier à bord du navire baptisé « God’s Love », un navire battant pavillon nigérian. C’est au large du bassin togolais que s’est produit l’accident qui a causé la mort d’une personne, un marin et faisant plusieurs autres blessés. La nationalité des victimes n’est pas précisée.


Selon les sources, l’accident s’est produit à la suite d’un incendie à bord du navire qui a provoqué une explosion au moment où les marins effectuaient des travaux. 


Contactée par notre rédaction, la Direction des affaires maritimes (DAM) a confirmé l’accident. « Effectivement, nous avons appris qu’il y a eu un accident à bord dudit navire. Un incendie s’est déclenché suivi d’une explosion qui a été vite maitrisée mais qui, malheureusement, a causé une perte en vies humaines. Nous n’avons pas encore les éléments sur l’origine de l’accident », nous a indiqué une source au niveau de la DAM.


La Direction dit diligenter une enquête sur l’état du port pour identifier si les défaillances constatées étaient propres au navire ou propres au comportement du personnel navigant et éventuellement  apprécié le travail qui a été fait par les agents de la DAM lors de leur dernier contrôle. Contrairement à l’enquête du pavillon qui est réservé au navire battant pavillon togolais, l’enquête sur l’état du port est effectuée tous les six mois  sur les navires battants pavillon étranger qui viennent dans le port togolais.Les inspecteurs de la DAM n'ont pas encore inspecté le navire qui a été déclaré en règle avant son entrée sur le territoire national.


« Nous avons envoyé des inspecteurs inspectés le navire. Nous attendons leur rapport. C’est au vu de ce rapport que nous allons situer les responsabilités. S’il y a eu des défaillances chez nous (NDLR : DAM), nous allons nous organiser pour que les choses s’améliorent. S’il y a des manquements au niveau du personnel navigant, ils vont devoir répondre mais si c’est une défaillance liée au moteur, tout ça va ressortir dans le rapport qui va être envoyé à l’Organisation maritime internationale (OMI) », confie notre interlocuteur.


La profession de marin est très risquant. Il y a quelques mois, le corps d’un marin a été repêché dans le bassin de l’ancien port de pêche à Lomé suivi quelques mois plus tard par un autre.En 2015, c’est dans une opération en haute mer qu’un autre marin a perdu sa vie. Dans la plupart des cas, les familles des victimes ne sont prises pas en charge par aucune assurance car les propriétaires des navires ne les assurent pas.



Clarisse AFANOU


E-Mail : togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Publier un commentaire

1 Commentaires