Le gouvernement n’est pas insensible à la situation des enseignants du privé, dixit BAWARA



Tout doucement le gouvernement togolais prépare la reprise des classes dans les établissements d’enseignement du Togo. Ainsi, après le ministre de l’enseignement primaire et secondaire qui a échangé la semaine dernière avec les fondateurs des écoles, c’est le tour ce mardi du ministre de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative, Gilbert BAWARA de s’entretenir avec la Coordination des enseignants des écoles privées du Togo.

Au centre de cette rencontre la situation que vivent les enseignants togolais de façon générale et particulièrement les enseignants du secteur privé. Situation exacerbée par la crise sanitaire mondiale liée coronavirus. On sait qu’avec la fermeture des classes décrétées par le gouvernement le 20 mars dernier, certains fondateurs d’école refusent de verser le salaire aux enseignants arguant que les frais de scolarité ne sont plus payés par les élèves avec la fermeture. A cela s’ajoute d’autres problèmes laissés en suspens notamment la déclaration des enseignants à la caisse. Toutes ces préoccupations ont été exposées au ministre BAWARA.

Répondant aux préoccupations de la Coordination, le Ministre de la fonction publique a reconnu le rôle combien louable que jouent les écoles privées dans l’éducation nationale. S’agissant des revendications des enseignants envers les fondateurs et leurs doléances envers le gouvernement, il les trouve légitimes et a déclaré que le gouvernement n'en est pas insensible.  Toutefois, trouve-t-il injuste que les fondateurs d’école se cachent derrière la crise liée coronavirus pour se déroger à leur obligation qui est de payer les salaires dus aux enseignants.

Selon, le Ministre  les établissements scolaires privés à l’instar de toutes les entreprises du secteur privé sont confrontées aux difficultés financières liées à la COVID-19. Dans ces conditions, « il serait difficile de traiter leur situation différemment de celle des autres entreprises », a-t-il indiqué.

Les membres de la coordination ont réitéré leurs doléances et souhaité que le ministre remonte leurs préoccupations au Premier ministre afin qu’une issue d’urgence soit trouvée. Le ministre a promis rencontrer les représentants des fondateurs d'établissements scolaires et rendre compte au Premier ministre à toutes fins utiles.

Notons que les enseignants sont exclus de NOVISSI.

Clarisse AFANOU
 E-Mail : togoscoop@gmail.com
Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.
TOGOSCOOP, nous redonnons un sens aux scoops.

Publier un commentaire

0 Commentaires