1 mort et 3 blessés dans un incendie lié au carburant frelaté à Agoè




Un mort, trois blessés et d’importants dégâts matériels, c’est le bilan d’un grave incendie qui s’est déclenché dans la journée du  vendredi 29 mai dernier aux environs de 09heures au quartier Agoè-Anonkui, dans la préfecture nord de Lomé. Cet incendie qui s’est déclaré dans une villa inachevée où vivent plusieurs locataires est consécutif au stockage de carburant dans la concession.

 Selon le ministre de la sécurité, le Général Yark DAMEHANE qui a rendu public le sinistre. Il est apparu, selon les premiers éléments de l’enquête qu’il y avait eu stockage illicite du carburant par une des locataires dans la villa, destinée à la vente. Un vent aurait emporté le feu d’un foyer vers l’endroit où était entreposé le carburant, déclenchant ainsi l’incendie qui s’est propagé dans la maison occasionnant la mort de cette fillette et blessant trois autres personnes.

L’intervention des sapeurs-pompiers a permis de maitriser le feu.
Également,  dans la journée du 31 mai, à Dapaong, dans le quartier Tingban, les articles d’une boutique d’alimentation générale sont partis en fumée suite à un court-circuit électrique qui a créé un incendie dû au carburant frelaté vendu par le tenancier de la boutique.

Au Togo, les jeunes représentent près de 60% de la population totale. Et, l'un des objectifs sociaux de tout pays en développement consiste à trouver des emplois pour les jeunes sans cesse plus nombreux. Cependant, la majeure partie de cette jeunesse est aujourd'hui confrontée aux problèmes de chômage. Par conséquent, elle est vulnérable et prête à s'adonner à toute activité surtout les activités de contrebande qui bien que risquées, restent suffisamment rentables et constituent une porte de sortie des affres de la misère.

Mais, quoiqu'on dise, la contrebande de produits pétroliers constitue une source de revenus incontestable pour un grand nombre d'individus : grossistes, grossistes-détaillants, détaillants, agents de change, transporteurs ou portefaix, tout le monde y trouve son compte. La plupart des commerçants engagés dans ce commerce, emploient une ou deux personnes et font vivre en moyenne, cinq à sept personnes à charge. Toutefois, du fait de son impact négatif sur la balance des paiements, de ses implications budgétaires nocives, et de son impact sur la sécurité publique, il est nécessaire, voire impératif de formuler des politiques adéquates visant à la neutraliser ou tout au moins à la réduire en vue d'un développement économique durable. Selon des statistiques, au moins quinze ménages sont partis en fumée courant 2009, à cause de ce trafic. Un triste bilan de 16 décès et 67 blessés graves a été également enregistré.

Clarisse AFANOU
E-Mail : togoscoop@gmail.com
Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.
TOGOSCOOP, nous redonnons un sens aux scoops.

Publier un commentaire

0 Commentaires