Education : Les enseignants du privé menacent de boycotter les cours dès la reprise



Alors que la reprise des cours est renvoyée à une date sine die, une nouvelle crise est en train de naitre dans le secteur de l’éducation nationale. Elle est consécutive au non paiement de salaire des enseignants du secteur privé depuis la fermeture des classes décrétée par le gouvernement le 20 mars dernier pour juguler la propagation du virus lié au COVID-19.


La reprise des classes aura lieu très bientôt selon le gouvernement. Mais pour les enseignants du privée, un des maillons de cette reprise, elle aura lieu sans eux, du moins s’ils ne rentrent en possession de leur droit. Depuis bientôt 4 mois, ils sont privés de salaire. Et donc pour la Coordination des associations du secteur qui regroupe 3 associations, il faut obligatoirement tenir compte de leurs revendications avant de parler de reprise des cours. Sinon, elle menace de recourir à des actions pour se faire entendre.


« Nous ne pouvons plus à l’heure actuelle retenir un enseignant quelconque qui a faim avec sa famille », écrit la Coordination qui entend lancer dès la reprise une série d’actions.


Au premier jour de cette reprise, tout en déposant une mise en demeure de 48h pour le paiement des 3 mois d’arriérés de salaires, la Coordination, elle appelle ces membres à boycotter la reprise des cours suivi d’une manifestation pacifique des enseignants du privé accompagnés de leurs femmes et enfants sur toute l’étendue du territoire national pour manifester dans le respect des mesures barrières leur désapprobation face au traitement à eux infligés durant la période de suspension des cours par les fondateurs et par le gouvernement restés sourd à leurs supplications. 


Une reprise partielle des cours aura lieu le deuxième jour de la reprise. Mais au troisième jour, si la mise en demeure n’est pas respectée, un préavis de grève de cinq jours sera déposé. Cette grève sera d’une durée de 15 jours.  


Néanmoins, la Coordination espère qu’elle n’ira pas jusque-là et que « nos employeurs reviendront à de meilleurs sentiments et paieront les salaires dus aux collègues avant la date qui sera fixée par le gouvernement pour la reprise des cours pour éviter que la crise ne s’enlise. A défaut, les enseignants du secteur privé sont prêts pour tout ce qui adviendra », lit-on dans le communiqué rendu public.


Notons que depuis la fermeture des classes, les négociations entamées par la Coordination vis-à-vis des promoteurs d’écoles privées et du gouvernement sont restées lettres mortes.

                                        

Clarisse AFANOU

E-Mail : togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

TOGOSCOOP, nous redonnons un sens aux scoops.

Publier un commentaire

0 Commentaires