Encore un suicide à Lomé : Pourquoi assiste-t-on à plus de cas de suicide chez les jeunes togolais ?



Un homme s’est donné la mort ce mercredi matin dans le quartier Kagomé, banlieue Est de Lomé, nous apprend nos confrères de KPATIMA. L’homme dont l’identité n’a pas été révélée a été retrouvé mort, pendu à un poteau électrique haute tension en face de l’agence Togocom du quartier. Ce qui a provoqué un attroupement autour du corps.

Les causes de ce suicide ne sont pas connues. On sait juste que c’est à l’aide d’une ceinture de son pantalon que l’homme s’est donné la mort. Au début du mois dernier, c’est un enseignant dans une école privée qui a été retrouvé mort dans sa chambre non loin de là, dans le quartier Dabarakondji.

Au Togo, selon les chiffres communiqués par le ministère de la sécurité et de la protection civile, on dénombre pour l’année 2018  au total 73 cas de suicide. Le Togo a un taux de suicide plus élevé que les pays voisins. Le taux de suicide est 16,6 pour 10 000 dans le pays contre 8,7 au Ghana, 15,7 au Bénin. Aussi surprenant est que cela puisse paraitre le Togo a même un taux de suicide plus élevé que certains pays européens notamment la France (12,1) et l’Allemagne (9). 

On dénombre, selon un rapport publié en 2014 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 800.000 personnes qui, chaque année, mettent fin à leurs jours. Cela signifie que, toutes les 40 secondes, une personne se suicide quelque part dans le monde. Les tentatives de suicide, elles, seraient vingt fois plus nombreuses. 75% des suicides ont eu lieu dans les pays en développement au cours de l’année 2012, selon l’OMS. Le suicide a été à l'origine de 1,4% des décès dans le monde, ce qui en faisait la quinzième cause de mortalité en 2012. Chez les jeunes, il s'agit de la deuxième cause de mortalité. 

Le premier mode de suicide chez l’homme et surtout chez la femme est l’intoxication médicamenteuse suivi des scarifications veineuses, la défenestration, l’usage des armes à feu, des armes blanches, la noyade et la pendaison. Il y a aussi cette nouvelle forme  qui n’est pas élucidée  et qui concerne  les conduites à risques dans la circulation et le fait de se priver de  soins lors des maladies chroniques.  

Outre  la souffrance psychique et  morale, l’ennui, la tristesse, le sentiment d’échec, la perte d’espoir, le sentiment profond d’injustice, l’accumulation des objets dangereux autour de soi notamment les armes à feu ou arme blanche, la pression  du travail, les pathologies médicales,  les maladies chroniques et incurables sont les causes qui  poussent certaines personnes à se donner la mort. L’augmentation ces derniers temps des cas de suicide peut laisser croire que la crise économique doublée de crise sanitaire serait la cause de ces cas de suicides.

Statistiquement, les hommes sont plus nombreux à se suicider. Pourtant, les femmes déclarent plus d’idées suicidaires et essaient le plus souvent de se donner la mort. En d’autres termes, les femmes font plus de tentatives de suicide, mais les hommes sont plus nombreux à en mourir. Cette situation s’explique par le fait que les hommes utilisent fréquemment des méthodes violentes. Les femmes font majoritairement des tentatives de suicide  par intoxication médicamenteuse volontaire. Les jeunes de la vingtaine jusqu’à la trentaine ont davantage  d’idées suicidaires. Lorsque vous avez une idée de suicide, il faut contacter un psychologue.

Albert AGBEKO
E-Mail : togoscoop@gmail.com
Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.
TOGOSCOOP, nous redonnons un sens aux scoops.

 

Publier un commentaire

0 Commentaires