La Russie, le 55ème pays africain ?




Les Russes ont prouvé ce mercredi qu’ils ne sont prêts à abandonner « le score à la Soviétique ». Désormais, ils pourront y ajouter le « score à la Poutine » grâce à leur vote de ce mercredi qui prolonge le bail de Vladimir POUTINE à la tête de la Russie jusqu’en 2036.


Les électeurs russes se sont prononcés ce mercredi largement en faveur d’un règne à vie qui ne dit pas son nom de POUTINE en validant à 74,1%  la réforme de la Constitution. Ce référendum constitutionnel autorise POUTINE à se maintenir au Kremlin jusqu’en 2036. Une situation qui est une anormalité en Europe même si on sait que l’ex URSS est réfractaire à la démocratie. 


Coups d’Etat, élections truquées, modifications constitutionnelles pour se maintenir au pouvoir ad vitam… sont labellisés africains. L’Afrique a tellement offert au monde ces systèmes politiques qui permettent de maintenir des régimes totalitaires plusieurs décennies à la tête de leurs pays qu’on ne croyait pas  la chute de l’URSS clonera ces identités devenues africaines. Par ce référendum dont le but est de garantir « la stabilité, la sécurité et la prospérité » de la Russie,  POUTINE montre qu’il a des gènes africains dans son sang et il se donne un destin éternel. 


Le problème avec les dictateurs est qu’à force de brimer leur peuple et de se maintenir au pouvoir sur une longue durée, ils oublient qu’ils sont des humains. Ainsi POUTINE à la fin de ses deux mandats supplémentaires qui finissent en 2024 a décidé de le prolonger jusqu’en 2036,  année de ses 84 ans pour dit-il on ne doit pas se perdre dans « une quête de successeurs potentiels ». Les dictateurs croient qu’à part eux, il n’existe personne d’autre pour conduire la destinée de leur peuple. C’est là où ils se trompent. Les longs règnes ne sont pas souvent facteurs de stabilité. Au contraire, ils ouvrent la voie à toutes les incertitudes.


Si la voix du peuple ne compte pas pour ces dictateurs, celle du créateur est là pour leur rappeler qu’ils sont comme des roseaux. On peut beau manipuler le peuple et ses suffrages, on ne peut manipuler le créateur. Il est là pour leur rappeler qu’ils ne sont que poussière. Et ils peuvent partir à tout moment avant la fin de leur mandat. 


Comme les présidents africains que rien ne retient devant leur gloutonnerie du pouvoir, POUTIN est prêt à tout pour se maintenir. Ce n’est pas la pandémie de COVID 19 qui va la décourager. Pour preuve le scrutin, prévu à l'origine pour avril, a été repoussé à cause de la pandémie de COVID-19. Pour éviter une trop forte affluence dans les bureaux de vote, il s'est déroulé sur une semaine et les électeurs devaient se munir de masques de protection et de gants. Et plusieurs mesures incitatives avaient été organisées à l’intention des électeurs allant à des tombolas pour gagner parfois des appareils électro-ménagers, ce qui s’apparente à l’achat de conscience qu’on rencontre habituellement lors des élections en Afrique.


En tenant compte des conditions d’organisation de ce référendum, la Russie n’a rien à envier aux pays africains. Elle peut prendre siège à coté de nos Etats lors des sommets de l’Union africaine en tant que le 55ème Etats du continent noir. Personne ne crierait au scandale.



Albert AGBEKO

E-Mail : togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

TOGOSCOOP, nous redonnons un sens aux scoops.

Publier un commentaire

0 Commentaires