Pétrole-gate : Les cadres évangéliques exigent la démission du CSFPP


                                                              Dr Guido AZIADEKEY, président du Conseil


On les a entendus très peu sur la situation socio-politique du pays. Les chrétiens et particulièrement les cadres chrétiens. Mais certains à l’instar du Conseil des cadres chrétiens évangéliques engagés (COCACEE) a décidé de briser la glace. 

Dans communiqué rendu public ce jeudi, ce Conseil s’est prononcé sur la situation que traverse le Togo depuis août 2017. Le sujet brûlant de l’heure à savoir les malversations financières mettant aux prises le Comité de suivi des fluctuations des prix des produits pétroliers (CSFPP) et particulièrement la famille ADJAKLY n’a pas été occultée.

Ainsi constatant la faillite de la responsabilité du CSFPP, la COCACEE encourage la démission de ses membres.En outre, il exige un audit externe du fonctionnement du dispositif d’importation et de fixation du prix du pétrole au Togo afin dit-il, que les responsabilités soient situées et de soumettre les acteurs indélicats aux exigences des différentes lois en vigueur.

Le Conseil trouve que c’est le manque de renouvellement des instances dirigeantes du Togo et par conséquent des membres de certains comités de gestion qui par leur longévité devient un terreau fertile à ce type de scandale  qui n’est pas sans doute un acte isolé dans notre pays. 

S’agissant de longévité, COCACEE constate que le désir légitime d’alternance politique de la majorité de la population togolaise exprimée depuis les récents événements d’août 2017 n’a pas pu être traduit dans la réalité à travers la dernière élection présidentielle. Car « les conditions de transparence de l’ensemble du processus sont sujet à caution », souligne la déclaration  signé de Dr Guido AZIADEKEY. 

Pour ce faire, le Conseil solidaire à l’appel du clergé catholique demande une transformation  réelle des cadres électoraux  et de l’état d’esprit des acteurs politiques pour un Togo nouveau où les valeurs de renouvellement des instances dirigeantes  deviennent un acquis.

Notons que c’est le bihebdomadaire qui dans sa parution a révélé ce scandale financier lié à l’importation du pétrole au Togo. Selon le journal environ 400 à 500 milliards de F CFA aurait été détournés.

Clarisse AFANOU
E-Mail : togoscoop@gmail.com
Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.
TOGOSCOOP, nous redonnons un sens aux scoops.

Publier un commentaire

0 Commentaires