Religion/Ouverture graduelle des lieux de culte : Une insulte au corps ecclésial togolais



Après les écoles, le gouvernement togolais envisage l’ouverture des lieux d’adoration. C’est dans ce sens que des rencontres ponctuelles sont organisées avec les acteurs concernés. La dernière en date a eu lieu ce mardi et a été  présidée par le Ministre de l’Administration territoriale, Payadowa BOUKPESSI.

A l’issue des échanges, l’ouverture des lieux de culte a été actée. Mais c’est les modalités de cette ouverture qui  fait débat et peut même offusquer. Puisqu’il a été décidé que cette ouverture ne sera pas totale. Pour la phase d’expérimentation, un quota par région et par préfecture a été accordé à chaque entité religieux notamment l’église catholique, le conseil chrétien, l’union musulmane…Le tout se fera dans le strict respect des mesures barrières. Les entités ont été invitées à faire parvenir demain à la Direction du culte, la liste des églises ou mosquées susceptibles d’être ouvertes. Quels sont les critères qui présideront ce choix ? Passons…

Mais quoiqu’on dise cette décision est une insulte à corps ecclésial togolais. Les responsables religieux ne doivent pas être fiers d’une telle décision, au contraire. 

On ne peut pas comprendre que les bars soient ouverts sans restriction avec de l’affluence, parfois sans mesures barrières et que l’ouverture des lieux de culte soit graduelle et sous condition. C’est à croire que les croyants sont plus irresponsables que ceux qui visitent les bars ou les autres lieux d’affluence qui sont restés ouverts durant toute la période de l’état d’urgence. Les lieux de culte sont-ils réputés zones à risques que les autres lieux ouverts.

Comme le dit un proverbe éwé, « c’est de la manière on tend la joue, c’est de cette même manière qu’on reçoit la gifle ».

Albert AGBEKO
E-Mail : togoscoop@gmail.com
Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.
TOGOSCOOP, nous redonnons un sens aux scoops.

Publier un commentaire

1 Commentaires

  1. Une forme de stigmatisation des lieux de culte en fait.Là où l'alcool coule à flot les gens sont considérés plus à même de bien se comporter plus que dans les lieux où la parole de Dieu est prêchée aux gens sobres.

    RépondreSupprimer